Horstaxe Studio & collectif Butane : ‘makers’ d’affiches

Le by Zut alors dans la catégorie Art numérique, CULTURE, Déco, Exposition, Shopping, STRASBOURG | 1 commentaire

Les fêtes approchent à grand pas et vous ne voyez toujours pas apparaître (un brin) d’idées cadeaux à l’horizon ? Se rendre à Makers c’est l’occasion de faire plaisir ou tout simplement de se faire plaisir ! C’est ainsi que le Studio Horstaxe s’associe, le temps d’une vente inédite, au collectif Butane, tous deux fabricants d’objets d’arts graphiques, le cœur de leur métier.

Leur initiative commune s’ancre dans un contexte local : tous les objets de la vente ont été conçus et fabriqués en Alsace. S’ouvre alors une toute nouvelle vision de l’affiche : d’abord objet de la rue, elle tend à devenir un élément à part entière de la décoration d’intérieur. Les affiches, textiles, et autres objets aux imprimés graphiques sont des créations authentiques et insolites qui vibrent à travers leurs couleurs et sérigraphies.

Rémi Gaudet, co-fondateur de Horstaxe nous évoque Makers, premier évènement organisé au Studio, et nous présente en exclusivité la dernière affiche qui s’ajoutera à cette vente éphémère. Celle-ci aborde la thématique du Huis clos de Sartre, « réinterprétée à la manière Horstaxienne ».

ZUT_WEB_Horstaxe_Affiche_NonSens_serigraphieComment est née l’idée d’organiser ce premier évènement à Horstaxe Studio ?
Notre problématique fut la suivante : jusqu’à présent, nos affiches étaient uniquement en vente en ligne sur notre site web, il n’y avait donc pas de possibilité de les voir, de les toucher. D’une photo au réel l’affiche peut paraître différente, selon la luminosité, la texture… Avec cet évènement, nous souhaitons créer un moment de convivialité, et la période des fêtes de fin d’année s’y prête à merveille ! Au début, nos affiches étaient essentiellement créées dans l’optique de devenir un pur objet de décoration d’intérieur, mais nous avons rapidement pris conscience qu’on ne souhaitait pas uniquement se cantonner à cela.

Ce qui nous intéresse, c’est de sensibiliser, à la fois sur le discours de l’affiche, de son passage de la rue à nos intérieurs, mais également sur la personnalisation, l’individualisation de l’affiche, afin que les gens s’approprient le message. L’intérêt même de nos affiches est qu’elles suggèrent diverses lectures, car chaque personne voit en elles quelque chose de différent, selon sa propre perception et interprétation.

Parlez-nous de votre collaboration avec le collectif Butane !
Butane est un jeune collectif dont nous apprécions l’approche dynamique et créative du graphisme. Makers, en quelques mots, c’est l’association des bonnes énergies qui ont envie de faire quelque chose ensemble. Les Makers sont des « faiseurs », des fabricants. Il s’agit également de mettre à  l’honneur les personnes qui fabriquent à échelle locale, car toutes nos créations sont réalisées en Alsace.

Quel message souhaitez-vous véhiculer à travers cette nouvelle affiche ?
Il s’agit ici de « dénoncer » un huis clos, d’une part professionnel, à travers une autocritique du milieu du graphisme, de ce microcosme qui nous réunit au sein du studio Horstaxe. Comme dans beaucoup d’autres domaines, lorsque plusieurs personnes travaillent constamment ensemble, des tensions peuvent parfois survenir. D’autre part, en cette période de fêtes de fin d’année, on peut également parler de huis clos familial, affectif, sentimental. On se retrouve en famille pour la plupart, pour célébrer ces instants ensemble. L’idée principale était de casser l’enfermement du huis clos. Il s’agit avant tout d’une image symbolique, car tout comme dans la pièce de Sartre, qui réunit 3 personnages, nous sommes 3 graphistes travaillant ensemble au studio Horstaxe. Avec les autres, nous cherchons à dépasser nos propres limites ! L’affiche insiste sur cette ouverture nécessaire à tout acte créateur.

Par Apolline Hinz et Julie Baier

Makers, boutique graphique éphémère, les weekends du 14-15 et 21-22 décembre
10-19h au Studio Horstaxe au 7, quai des Pêcheurs, à Strasbourg

ZUT_WEB_Horstaxe_Affiche_HuisClos_serigraphie2 ZUT_WEB_Horstaxe_Affiche_HuisClos_detail_serigraphie

Ollaf, l’histoire du nain mulhousien

Le by Emmanuel Abela dans la catégorie Art numérique, CULTURE, Geek, HAUT-RHIN | Laisser un commentaire  

C’est la crise, même pour les jeux vidéos. En France on connaît bien sûr le géant Ubisoft avec des titres comme Rayman ou encore Just Dance mais peu de petits studios parviennent à sortir de l’ombre. Pourtant, certains créateurs freelance résistent à l’envahisseur. C’est le cas de François D’Orelli, 31 ans, jeune mulhousien passionné par le monde artistique et notamment l’illustration. Après avoir travaillé sur des projets de jeux vidéos peu fructueux, ce diplômé de l’école supérieure d’art de Mulhouse, a décidé de donner le jour à Ollaf. Ce courageux nain de jardin rouge devra livrer bataille à des hordes de monstres dans différents mondes afin de libérer Ollia, sa belle princesse. Avec ses faux airs de “Mario Bros” le jeux est très attrayant grâce à un « Game Play » riche et bien pensé…

Le petit plus ? Un graphisme soigné (école d’art oblige), un univers 2D coloré avec des personnages attachants et des monstres délirants. De nombreuses références en font un plaisir pour les gamers et une belle découverte pour tous.

Alors si vous êtes branché jeux vidéos (ou pas) et que vous rêvez d’incarner un nain de jardin, n’hésitez pas à aider François, en faisant des dons ici (http://fr.ulule.com/ollaf/) pour l’aider à finaliser ce beau projet.
Profil Facebook

Par Roxane Ajerage & Aurélie Amblard

Ollaf, le jeu vidéo alsacien

Ollaf, le jeu vidéo alsacien a besoin de votre soutien

Ailleurs mais bien ici

Le by Cécile Becker dans la catégorie Art numérique, CULTURE, Exposition, Geek, Musique, STRASBOURG | Laisser un commentaire  

La salle bleue – pièce magistrale -, ancienne cave à vins, mise en sons et en lumières par l'artiste Jean-François Laporte avec son installation Tremblement de mer "Mutation" © Eric Antoine

Il fallait y être, et heureusement, il vous reste encore deux jours pour profiter des expositions et installations du festival de l’Ososphère, ce samedi agrémenté d’une deuxième nuit électronique. L’occasion de découvrir cette magistrale zone de La Coop par le prisme des arts numériques. Un parcours unique, des installations impressionnantes, une vision de Strasbourg réjouissante : une bouffée d’air frais.

Lire la suite