Du beau pour tous

Le by Cécile Becker dans la catégorie Clips, CULTURE, Musique | Laisser un commentaire  

ZUT-WEB_Leonie-Pernet_Two-of-Us

Après des mois d’attente orpheline, après ce Mix pour Tous qui nous avait fait tant rêver, après cet aperçu d’un univers qui nous touchait, enfin, Léonie Pernet revient. Entre temps, nous avons eu l’occasion d’apprécier son live sensible aux Trinitaires à Metz, ce qui avait relancé nos envies irrépressibles d’entrevoir la suite. La suite comme elle l’a elle-même envisagée, à son rythme : le rythme de la construction d’une artiste qui cherche à saisir les contours de sa musique et veut toucher juste. Alors que son premier EP s’apprête à nous renverser dès le 28 avril, elle nous dévoile un nouveau titre en même temps qu’un joli clip. Two of Us, c’est l’enfant torturé de la Pyramid Song de Radiohead – elle nous avoue adorer ce groupe -, une mélodie viscérale et pressée qui n’en finit plus. C’est ça, Léonie Pernet court après le beau.

En attendant l’EP, en attendant de lire notre belle rencontre avec Léonie Pernet dans les prochaines pages de Novo. Voilà.

Et en bonus, puisqu’elle adore et nous aussi :

Julien Doré : Løve is in the hair

Le by Caroline Lévy dans la catégorie Clips, CULTURE, People, Rencontre | Laisser un commentaire  

Pour la venue exceptionnelle du prodige de la chanson française, maniant autant l’art de verbe que celui de la brosse à cheveux, Julien Døré  a répondu à l’invitation de Top Music pour un show-case intimiste et feutré dans les murs du MAMCS

"Mais Beyoncé, elle, a des excuses, elle peut tout faire ! "

« Mais Beyoncé, elle, a des excuses, elle peut tout faire ! »

Rencontre aussi symbolique qu’insolite devant l’œuvre majestueuseJulien Doré de son aïeul, l’illustre Gustave – Doré, forcément ! –, né à Strasbourg . L’artiste qui, plus jeune, a fait les Beaux-Arts s’incline avant de s’adonner à ce qu’il sait le mieux faire… vivre sa musique. Zut ! l’a rencontré en exclusivité : canap’, bières, cheveux dans le vent, on discute, on est bien.

Tu choisis généralement un seul mot pour tes titres d’album : Ersatz, Bichon et enfin Løve
Je trouve tellement ringard, enfin non je dirais plutôt fainéant de choisir un titre d’album qui correspond au 1er sigle, par facilité…

Pourtant le mot Løve – à prononcer Louve – revient beaucoup dans tes textes.
Oui, mais pour moi aucune chanson ne porte ce nom-là. Pour moi, choisir un titre d’album c’est le protéger, l’envelopper. C’est autre chose que de l’appeler Paris -Seychelles, comme çà on comprendra bien de quoi il s’agit !

Sinon, tu peux faire un album éponyme, un peu comme Beyoncé !
Mais Beyoncé, elle, a des excuses, elle peut tout faire !

Mais toi aussi Julien, tu peux tout faire.
Non mais elle, elle a de très beaux cheveux…

C’est toi qui parle ? Quoique, tu te cherches un peu à ce niveau-là…
Non, ça y est, j’ai abandonné ! Je les laisse vivre et c’est beaucoup mieux !

Rencontre inédite à découvrir dans la rubrique Instant Flash dans le prochain numéro de Zut ! au printemps.

Par Caroline Lévy
Photo : Pascal Bastien

 

Fêter la tristesse

Le by Cécile Becker dans la catégorie Clips, CULTURE, Musique, STRASBOURG | Laisser un commentaire  

ZUT-WEB_Hermetic-Delight_Clip_Funeral-Party

Hermetic Delight nous revient avec un nouveau clip signant avec Funeral Party une reprise très réussie de The Cure. En jouant sur le côté plus « Party » que « Funeral », pour les citer.

Il est aisé de tirer son chapeau à l’une de ses références musicales en reprenant un de ses morceaux, plus difficile de le faire avec distinction. Opération réussie pour les Strasbourgeois de la formation Hermetic Delight avec Funeral Party de The Cure. Pourquoi ? Parce qu’ils choisissent d’interpréter ce morceau en le relevant de leur propre son. Plutôt que de singer Robert Smith en partant sur un Funeral Party triste et nostalgique, ils gardent le côté rêveur à la voix, tout en le tonifiant d’une batterie sur vitamines et de guitares énervées et distordues. Le résultat ? Une reprise à la fois cotonneuse et élancée. Un peu comme si l’on pleurait contre la montre vers un avenir plus radieux. Si le monde court à sa perte, peu importe, fêtons sa mort avec entrain.

Pour ce qui est des images : du super 8 parsemé de stop motion, où l’on voit les membres du groupe se recouvrir de divers artifices, entrecoupés de paysages urbains ou naturels qui s’enchaînent, avec ou sans symétrie.

De belles images, de vrais choix musicaux, une voix qui se pose à la manière des Britanniques d’Elephant, c’est beau, c’est bon, c’est Hermetic Delight.

Mulhouse vu par : le making-of !

Le by Zut ! dans la catégorie Clips, CULTURE, HAUT-RHIN, Photographie, Prêt-à-porter, TENDANCES | Laisser un commentaire  

Pour fêter la sortie du dernier numéro de ZUT ! Haut-Rhin, les pros de la vidéo Carbone Café (agence de communication audiovisuelle) ont eu l’idée de filmer les coulisses d’une rubrique phare de notre magazine : VU PAR ! Après Strasbourg et environ 200 clichés, Nancy, Metz, Colmar et Mulhouse accueillent des personnalités de leurs villes pour prendre la pose dans des lieux symboliques ou insolites. Habillées pour l’occasion, elles deviennent modèles le temps d’une prise de vue qui prendra forme sur papier glacé. Découvrez les coulisses de cette rubrique orchestrée par Caroline Lévy et immortalisée à l’argentique par Christophe Urbain, en plein cœur de Mulhouse ! Merci Carbone Café !

Blouson cuir

Le by Zut alors dans la catégorie Clips, CULTURE, LORRAINE, Musique | Laisser un commentaire  

ZUT-WEB_The-Napoleons_Needle

The Napoleons sont des Nancéiens sympas, tout de cuir vêtus, qu’on peut croiser principalement entre deux concerts et trois bières, lorsqu’ils ne sont pas sur scène. Yannick, serviteur, au chant, Mike et Romain aux guitares, Jason à la basse et Pierre à la batterie. Il viennent de sortir un nouveau single et un nouveau clip.

Il font quoi The Napoleons, depuis quand ?
On fait du rock ! 
On a commencé à répéter ensemble en novembre 2010, puis les premiers concerts à partir d’avril 2011. A cette époque on était encore sur Besançon, puis Yannick a rejoint Romain à Nancy pour ses études, et le reste du groupe a suivi petit à petit, pour des raisons pratiques et des choix de vie. En janvier 2012 on a sorti un EP quatre titres, Mud Sand Overseas, qu’on a défendu sur pratiquement toute l’année en concert. On est partis en tournée en septembre 2012 dans toute la France, en Belgique et au Luxembourg. Depuis on a pas mal bossé en studio de répétition, on a repris les concert en mai et là on sort un single et un clip, Needle.

On sent évidemment que les Strokes ou le BRMC sont des références certaines du groupe. Est-ce que des groupes de styles différents influent sur vos choix musicaux ?
Ouais, niveau référence, on peut dire ça, on a des morceaux assez mélodiques et d’autres plus bruts, on essaie de trouver le bon compromis entre les deux sans verser dans l’excès, que ce soit d’un côté ou de l’autre. On écoute plein de trucs différents, je ne sais pas vraiment si ça se ressent dans notre musique, on essaie surtout de se focaliser sur la mélodie.

En parlant des Strokes, que pensez-vous du morceau One Way Trigger ?
Jason et Romain n’accrochent pas au synthé, Mike a toujours trouvé que les Strokes c’était de la merde, Pierre s’en fout et moi je kiffe, je trouve ça assez couillu comme choix de production, il faut juste savoir faire le deuil des deux, voire trois, premiers albums et écouter ça d’une oreille nouvelle.

Sur les deux nouveaux titres Needle et Concrete, les mélodies sont plus pop que sur l’EP, c’est quelque chose qui va rester ?
Ouais, comme je te disais, on se focalise sur la mélodie, c’est ce qu’on a essayé de rendre sur le single. Nos nouveaux morceaux et ceux sur lesquels on travaille restent à peu près dans la même direction mais ça reste quand même du rock. Par contre on a un troisième titre en boîte qu’on balancera gratuitement sur le net cet été et qui est plutôt lourd, dans la veine de Louisiana. C’est une espèce de dualité dans le groupe, des fois, on a besoin de gros son.

La suite, une tournée ? Un album ou une envie de rester sur des courts formats ?
La suite, c’est des concerts en juin/juillet, on a déjà plusieurs dates confirmées. On joue une date à Verdun avec Lescop et une autre avec BB Brunes, puis il y a des concerts tous les week-ends en septembre. On est en train de booker ça et on a déjà quelques pistes à Paris et en Allemagne. 
Concernant le studio on aimerait bien y retourner assez rapidement, je pense qu’on penchera plus vers un nouvel EP plutôt qu’un album.

Et niveau albums en 2013, ils écoutent quoi The Napoleons ?
Bon je te balance ça en vrac, on écoute beaucoup de choses : Aline, La Femme, Booba, Juveniles, Phoenix, Cold War Kids, These New Puritans, Tame Impala, Daft Punk, Queens Of The Stone Age, Hanni El Khatib, BRMC, The Yokel et bien sûr Chris Sorrelli. 
Je t’ai fait un pot-pourri là, je ne te dis pas qui écoute quoi.

The Napoleons seront en concert le 5 juin pour leur release party au Quai’son, à Nancy et le 29 juin dans le cadre du festival Musiques et Terrasses à Verdun

Propos recueillis par Anthony Gaborit