Sziget : l’île de la liberté

Le by Zut alors dans la catégorie Cinéma, CULTURE, Danse, Musique, Théâtre | Laisser un commentaire  
ZUT_WEB_Sziget2014

Queens Of The Stone Age en concert au Sziget Festival

Première étape de notre tour d’horizon des festivals de musique :  25 ans après la chute du mur, le festival Sziget, à Budapest, célèbre la liberté !

Lire la suite

Rock’n’lol

Le by Cécile Becker dans la catégorie CULTURE, Musique, STRASBOURG | Laisser un commentaire  
Fumer Tue © French Riton

Fumer Tue © French Riton

Fumer Tue se moque de nous, Fumer Tue n’est pas sérieux, Fumer Tue fume, tousse et fait tout à l’envers. Fumer Tue, c’est un duo : Nathalie Grosse (attachée de presse) et Romain Muller (Posterboy Machine) augmenté de la basse de Nelly Grandjean, qui a choisi de faire un pied de nez à la culture rock indé en sortant des morceaux en deux semaines, enregistrés à la va-vite, à base de paroles pas trop compréhensibles et de « son de merde » (ce sont eux qui le disent). Fumer Tue est une vengeance, mais une vengeance qui tourne bien : avec du rock, du lol, de la danse et de l’amour.

Lire la suite

Fred Frith, instantanés électriques

Le by Emmanuel Abela dans la catégorie CULTURE, Musique | Laisser un commentaire  

Le guitariste et violoniste anglais Fred Frith répond à l’invitation du collectif P.I.L.S. : il présente son nouveau projet, Soundwalking, dans le cadre d’un quartet inédit le mardi 10 juin au Hall des Chars, à Strasbourg.

Fred Frith par Helke Liss

Fred Frith par Helke Liss

Fred Frith, ce sont autant de flashs, autant d’instantanés, vécus ou fantasmés, qui se confondent avec celles du documentaire que lui ont consacré les cinéastes suisses Nicolas Humbert et Werner Penzel en 1990, Step Across the Border, sans doute à ce jour l’un des meilleurs films musicaux jamais réalisés. Fred Frith, un pas au-delà des frontières, quel meilleur titre de long métrage pourrait résumer à la fois l’homme et son parcours ? Ces frontières physiques, artistiques et mentales, Fred Frith les a traversées maintes et maintes fois, dans un sens comme dans l’autre, vers l’inédit ou le traditionnel, voire le folklorique ; ces frontières, il n’a jamais cessé de chercher à les traverser – de les transgresser souvent, serait-on tenté de rajouter –, à l’image de certains clandestins auquel il emprunte la même ferveur désespérée ; il les traverse en formation ou en solo, à la guitare renversée ou préparée, au violon, avec toute l’humilité qui le caractérise, une distance flegmatique et son sens de l’humour si anglais. Lire la suite

L’art de la fugue

Le by Cécile Becker dans la catégorie Cinéma, CULTURE, Musique | Laisser un commentaire  
Mehdi Zannad © Mathieu Zazzo

Mehdi Zannad © Mathieu Zazzo

Ils sont deux, l’un est Français, l’autre est Anglais. Tous deux affichent une sensibilité pop inouïe tant dans l’écriture, que dans les mélodies. Il était logique que leurs trajectoires se croisent et s’entremêlent. D’un côté, Mehdi Zannad et/ou Fugu auteur d’albums lumineux à textes percutants, dans la plus pure tradition sixties. De l’autre, John Cunningham, artiste discret et poète gracieux d’une musique délicate. Surprise : ils joueront ensemble au Troc’afé le jeudi 12 juin, dans le cadre d’un concert Panimix. L’occasion de lever le voile sur l’amitié qui lie ces deux orfèvres avec Mehdi Zannad.

Lire la suite

John Doe, les grands espaces du punk américain !

Le by Emmanuel Abela dans la catégorie CULTURE, Musique, STRASBOURG | Laisser un commentaire  
John Doe, une figure de légende de l'Ouest américain

John Doe, une figure de légende de l’Ouest américain

Les punk aficionados se souviennent qu’au début des années 80, dans l’ombre des B-52′s et des stars new yorkaises, un groupe de San Francisco tentait de faire son trou. Peut-être arrivait-il après bien d’autres, y compris ses voisins Cramps, mais rapidement l’information circulait sur son potentiel sonique. Son nom ? X ! Son leader ? John Doe (autrement dit le pseudo le plus anonyme qui soit. Il avait quand même la particularité de voir ses albums produits par Ray Manzarek des Doors, et délivrait un rock énergique qui allait ouvrir la voie aux grands groupes américains de la décennie à venir, Violent Femmes et R.E.M. notamment.

Au milieu des années 80, John Doe se sépare cependant de sa femme, par ailleurs chanteuse du groupe, et forme l’un des premiers combos qui mêlent punk et country rock. En historien du rock, il affirme lui-même que, quelle que soit sa forme, l’explosion rock aboutit immanquablement à une résurgence de la country : c’était le cas à la fin des années 60 avec des groupes comme les Byrds à l’époque de Gram Parsons ; on a pu le constater par la suite, ça a été le cas de Jeffrey Lee Pierce du Gun Club ou à l’époque de l’émergence de Palace Brothers ou de Uncle Tupelo, des groupes qui se sont formés sur les cendres à peine refroidies du grunge. La constante reste à prouver cependant, mais peut-être nous expliquera-t-il lui-même cette tendance lors du set qu’il donnera le mercredi 14 mai, en marge de sa tournée européenne avec Nick Lowe, dans le cadre intimiste de l’église St Pierre-le-Vieux, à Strasbourg. À n’en pas douter, celui qui a servi d’inspiration à une figure comme Mark Lanegan, nous livrera sa part d’Amérique avec un état d’esprit que ne renierait pas le grand Johnny Cash lui-même. Aussi précieuse qu’inattendue, la présence de John Doe à Strasbourg constituera en soi un instant d’exception.

John Doe en concert le mercredi 14 mai à 20h, en l’église St Pierre-le-Vieux, à Strasbourg

1 2 3 4 5 ... 21 22   Suivant »