2012, une année en musique (top 20, playlist, sons, rééditions, compilations)

Nombreux se l’accordent, 2012 est une drôle d’année musicale : année en demi-teinte, peu de coups de cœur véritables, quelques nouveautés et de semi-confirmations. Et puis, à se pencher sur les disques écoutés, on se rend compte qu’elle est plus riche qu’il n’y paraît. Tout d’abord, on constate qu’on a jeté une oreille plus ou moins attentive à au moins 150 albums nouveaux sans compter les rééditions, compilations et autres mixtapes. Il s’est donc passé beaucoup de choses, un peu plus en périphérie, au gré des supports digitaux et autres.

Au final, le sentiment qui se dégage, c’est l’avancée au cours d’une année de transition : les genres pop, soul, groove, électronique et avant-garde se mêlent plus qu’à l’accoutumée, pour créer les contours de plus en plus incertains de la musique de demain.

And the winner is : Allah-Las ! La rédaction s’est penchée sur le disque de l’année (les avis des autres médias, Inrockuptibles, Magic!, Mojo, Uncut) n’arrivent pas à se mettre d’accord ; ça tombe bien, nous non plus (en tout cas, pas avec eux). Donc place à un outsider de poids : quatre Californiens qui revisitent le patrimoine west-coast, The Byrds, Love, etc., sans occulter la pop des années 80, The Feelies ou Felt. On les a écoutés, enthousiastes, on les a réécoutés, encore plus enthousiastes. On ne cesse décidément de les écouter. Parmi les révélation Beak>, Grimes ou Ty Segall, à côté des immenses Dylan, Cohen et Tindersticks, ou en marge des confirmations Grizzly Bear, Hot Chip et autre Tame Impala, ils ont trouvé une place de choix, là haut tout en haut : la première place dans nos cœurs.

Le Top 20 de Zut !

  1. Allah-Las, Allah Las
  2. Beak>, >>
  3. Ty Segall & White Fence, Hair
  4. Grimes, Visions
  5. Frank Ocean, Channel Orange
  6. Leonard Cohen, Old Ideas
  7. Bill Fay, Life is People
  8. Bob Dylan, Tempest
  9. Tindersticks, The Something Rain
  10. Chairlift, Something
  11. Porcelain Raft, Strange Weekend
  12. Tame Impala, Lonerism
  13. Grizzly Bear, Shields
  14. Graham Coxon, A+E
  15. Hot Chip, In Our Heads
  16. Nick Waterhouse, Time’s All Gone
  17. Here We Go Magic, A Different Ship
  18. Django Django, Django Django
  19. Godspeed You! Black Emperor, ‘Allelujah! Don’t Bend! Ascend!
  20. Julia Holter, Ekstasis

Et plus si affinités ! (50 albums 2012 de A à Z)

Antibalas, Antibalas ; Andrew Bird, Break It Yourself ; Beach House, Bloom ; Rodolphe Burger, This Is a Velvet Underground Song That I’d Like To Sing ;  Calexico, Algiers ; Chain & The Gang, In Cool Blood ; Chromatics, Kill For Love ; Citizens!, Here We Are ; Matthew Dear, Beams ; Mac Demarco, ; Dirty Projectors, Swing Lo Magellan ; Dr John, Locked Down ; Lou Doillon, Places ; Electric Electric, Discipline ; Ewert & The Two Dragons, Good Man Down ; White Fence, Family Perfume Vol. 1 & 2 ; Lee Fields & The Expressions, Faithful Man ; First Aid Kit, The Lion’s Roar ; Giant Giant Sand, Tucson ; Laurel Halo, Quarantine ; Herzfeld Orchestra, Midlife Poncho ; Japandroids, Celebration Rock ; King Tuff, King Tuff ; La Sera, Sees The Light ; Lambchop, Mr M ; Lescop, La Forêt ; Matt Elliott, The Broken Man ; Eugene McGuinness, The Invitation To The Voyage ; Melody’s Echo Chamber, Melody’s Echo Chamber ; Motorama, Calendar ; Opposom, Electric Hawaï ; Poliça, Give You The Ghosts ; Rozi Plain, Joined Sometimes Unjoined ; Public Image Ltd, This is PIL ; Prinzhorn Dance School, Clay Class ; Stealing Sheep, Into The Diamond Sun ; Sinner DC, Future That Never Happened ; Ty Segall, Twins ; Soko, I Thought I Was An Alien ; The Soft Moon, Zeros ; Spain, The Soul of Spain ; Thee Oh Sees, Putrifiers II ; TOPS, Tender Opposites ; Totally Enormous Extinct Dinosaurs, Trouble ; Toy, Toy ; Trailer Trash Tracys, Ester ; Sharon Van Etten, Tramp ; Violens, True ; Volcano!, Pinata ; Zombie Zombie, Rituels D’un Nouveau Monde

Rééditions & Compilations :

Année riche en rééditions diverses : les médias s’accordent sur le coffret de Can, véritable mine de trésor de nos trublions allemands. Cette sélection variée tient compte de quelques temps forts, avec une affection particulière pour la compilation d’inédits de John Maus, qui aurait pu figurer parmi les nouveautés. Après, les Small Faces, My Bloody Valentine, l’intégrale de Roxy Music, les BBC Sessions des Kinks, etc., nous ont comblé de bonheur tout au long de l’année. Rien d’équivalent cependant à la réédition des premiers enregistrements solo d’Alex Chilton, idole parmi les idoles, source ultime d’un pan entier de la pop américaine. Une première place en guise d’hommage à cet artiste décidément essentiel.

  1. Alex Chilton, Free Again (The 1970 Sessions)
  2. George Harrison, Early Takes
  3. Small Faces, Small Faces
  4. Moe Tucker, I Feel So Far Away
  5. John Maus, A Collection of Rarities and Previously Unreleased Material
  6. Can, Lost Tapes Box Set
  7. My Bloody Valentine, Loveless
  8. Roxy Music, Box set
  9. Van Dyke Parks, Song Cycle
  10. Dominique A, La Fossette
  11. Barbara, Intégrale
  12. The Palace Brothers, There Is No-One Whar Will Take Care Of You
  13. Paul McCartney, Ram On
  14. The Kinks, BBC Sessions
  15. The Velvet Underground, The Velvet Underground & Nico
  16. David Bowie, The Rise and Fall of Ziggy Stardust
  17. T. Rex, Electric Warrior
  18. Metronomy, Late Night Tales Sampler
  19. The Durutti Column, Short Stories for Pauline
  20. Kas Product, Try Out
  21. Simple Minds, 5X5
  22. Lou Ragland, I Travel Alone
  23. Codeine, When I See The Sun Boxset
  24. Massive Attack, Blue Lines Remastered
  25. Blur, Blur (Special Edition)

L’instant metal : Neurosis

On ne le mesure sans doute pas, mais l’ambiance n’est pas toujours pop ni électro à la rédaction Zut ! De temps en temps, retentissent des sons particulièrement électrifiés. Notre ami Hugues, alias brokism (graphiste émérite de Zut !), s’emballe à coups de Black Sabbath, Stooges ou Devo : on le sait dès lors, la tension monte, la sienne, la nôtre, mais Dieu sait qu’on adore quand il prend tout le monde à contre-pied avec un choix metal de son cru… Là, son choix se porte sur Neurosis, Honor Found in Decay. Commentaire de l’intéressé : “Ça faisait tellement longtemps que j’attendais un nouvel album de leur part.” Ok, Hugues, on écoute ! (là, à titre personnel, ça me rappelle le jour où j’ai failli me faire lyncher à la Laiterie par des métalleux éructant parce que je traversais la foule, une bouteille de Carola à la main ! C’était à l’occasion d’un concert de Machine Head et ma présence leur semblait subitement incongrue, oui mais bon, on fait ce qu’on peut, non ?)

Le by Zut ! dans la catégorie CULTURE, Musique | Laisser un commentaire  

Pop grande vitesse

La Lorraine compte parmi sa scène régionale un groupe de 4 garçons qui fait parler de lui et ne cesse de grimper depuis maintenant presque trois ans. Démos, sessions acoustiques, vidéos, un premier EP, et nombre de concerts allant de Bourges à la Rochelle en passant par Paris en première partie de Two Door Cinema Club, et récemment en tour support des Cranberries… Rencontre avec The Aerial juste avant leur départ pour les Bar en Trans à Rennes.

Vous venez de sortir un single A day like this, faisant suite à un premier EP sorti en début d’année, on a l’impression que votre musique s’est épurée. Vous avez votre son ? Un hybride electro pop 90’s teinté de phases hip-hop ?
Alexis :
Sur l’instant, on a voulu faire ça mais on peut difficilement prévoir la suite, c’est la dernière question qu’on se pose en fait. On ne s’est pas dit : « Il faut que ça sonne comme ci ou comme ça ». Ça dépend de l’instant aussi, du matériel qu’on a, de ce qu’on écoute, où on est, etc.
Nicolas : Après, oui le single est plus épuré que l’EP, c’est vrai, c’est un peu plus mature. On a commencé à tourner beaucoup plus, on s’est retrouvé à écouter notre musique dans des grandes salles, tu la ressens différemment et tu la recomposes différemment.

Lire la suite

Le by Zut alors dans la catégorie Clips, CULTURE, LORRAINE, Musique | Laisser un commentaire  

Ailleurs mais bien ici

La salle bleue – pièce magistrale -, ancienne cave à vins, mise en sons et en lumières par l'artiste Jean-François Laporte avec son installation Tremblement de mer "Mutation" © Eric Antoine

Il fallait y être, et heureusement, il vous reste encore deux jours pour profiter des expositions et installations du festival de l’Ososphère, ce samedi agrémenté d’une deuxième nuit électronique. L’occasion de découvrir cette magistrale zone de La Coop par le prisme des arts numériques. Un parcours unique, des installations impressionnantes, une vision de Strasbourg réjouissante : une bouffée d’air frais.

Lire la suite

Le by Cécile Becker dans la catégorie Art numérique, CULTURE, Exposition, Geek, Musique, STRASBOURG | Laisser un commentaire  

Jean de la Lune atterrit à l’UGC Strasbourg

Zut ! et l’UGC Ciné Cité vous proposent de gagner 5×2 places pour l’avant-première du film Jean de la Lune réalisé par Stephan Schesch et tiré du livre jeunesse de Tomi Ungerer ! Repartez de la séance avec notre beau hors-série consacré à l’illustrateur en vente dans le hall du cinéma ! C’est ce dimanche à 10h45 à l’UGC Ciné Cité.

Voir la bande-annonce de Jean de la Lune réalisé par Stephan Schesch :

En plus de voir ce beau film, un stand Zut ! sera installé dans le hall du cinéma. Notre ravissante Justine proposera à la vente le hors-série Zut ! consacré à Tomi Ungerer : Impressions, regards, fragments.

Réalisé pour et avec Tomi Ungerer, cet ouvrage explore le monde surprenant de l’artiste au travers d’entretiens, de rencontres avec des personnalités qui lui sont familières, de portfolios, de collages inédits et d’interventions. Loin d’être une énième monographie, ce hors-série est un ouvrage unique à partager. L’artiste s’y livre de manière intimiste et sans artifices, et revient à ses inspirations premières. Sa progression, ses voyages, ses démons et ses rêves… Découvrez, ou redécouvrez, le parcours et la personnalité de cet artiste et homme aux mille facettes.
Dans cette édition trilingue inédite de 292 pages en grand format, vous trouverez une compilation de ses meilleurs dessins sous forme de thématiques originales accompagnées de textes racontant l’artiste, de fragments autobiographiques, d’impressions au travers des villes qu’il a traversées et de regards d’autres artistes.

Pour remporter vos places, répondez à cette question :
Par quel moyen Jean de la Lune arrive-t-il sur la Terre ?
Pour gagner vos places, donnez-nous vite vos réponses via contact@chicmedias.com . Les cinq bonnes réponses les plus rapides, remporteront les billets.

UGC Ciné Cité, 25, route du Rhin à Strasbourg.

Sur le même sujet :

[Vidéo] Notre rencontre avec Tomi Ungerer pour la réalisation du hors-série
Une journée avec Tomi Ungerer au cinéma Star Saint-Exupéry 

Le by Zut ! dans la catégorie Cinéma, CULTURE, Illustration, Livres, STRASBOURG | Laisser un commentaire  

Z-U-Tape Décembre 2012

Nouveautés compulsives ou nuggets intemporelles, ou comment aborder l’hiver au chaud : Kevin Ayers, Nick Drake,Timber Timbre, Peter Hammill, John Maus, Kas Product, Lescop, John & Jehn, Wire, Roxy Music, Sparks, Ty Segall & White Fence, 13th Floor Elevators

Kevin Ayers, Puis-je ?

Peut-être l’une des grosses injustices de l’histoire du rock : il est l’égal d’un Syd Barrett, d’un John Cale ou d’un Brian Eno (trois artistes dont il était à la fois l’ami et le collaborateur), et pourtant personne ne cherche à se souvenir de Kevin Ayers. Le film Après Mai d’Olivier Assayas rend un hommage indirect à cette immense figure de la pop anglaise (à la fois en solo et avec Soft Machine). Cette version française de May I? finira peut-être par vous convaincre. Et puis comme dit : Vive la banane !

(Un petit clin d’œil très amical à Alexis D. et à Myriam C.-D., à qui l’on doit – entre autres – nos très belles séances modes dans Zut !)

Nick Drake, Know

Toujours dans Après Mai d’Olivier Assayas, cette ballade décharnée du songwriter magnifique Nick Drake : Know sur l’album Pink Moon. “Je voulais surtout que les choix musicaux du film soient au diapason avec les personnages, avec l’histoire que j’avais envie de raconter, c’est-à-dire celle de gens portés par les idées d’une minorité agissante et créative”, nous dit Olivier Assayas à propos de ses choix lors d’une rencontre au Star St-Ex, à Strasbourg (rencontre à lire dans ZUT ! 16 et aussi sur notre site).

Timber Timbre, Magic Arrow

Décidément, le cinéma français s’appuie sur de belles B.O. Pour son nouveau long métrage, Foxfire, Laurent Cantet a sollicité le groupe canadien Timber Timbre. Il décline ce titre extrait de son premier album pour appuyer l’ambiance 50’s du film, tout en insistant sur la dimension intemporelle du récit.

(L’interview à la fois du réalisateur et du groupe tout prochainement sur ce site)

Lire la suite

Le by Emmanuel Abela dans la catégorie CULTURE, Musique | Laisser un commentaire