Je peux le garder pour Charlotte votre magazine ?

C’est l’histoire d’une photo, prise avec un Connan pas si barbare accompagné de la sylphide et douce Charlotte, avant leur concert strasbourgeois en mai et immortalisée dans le dernier numéro de ZUT! – qui doit bien évidemment encore trôner sur votre table basse, pris en sandwich entre le dernier IDEAT et Grazia VOGUE, the September Issue oblige ! – La magie Gainsbourg-Mockasin opère vite, notre rédacteur en chef préféré a joliment livré sa rencontre et Christophe Urbain a su capturer en un cliché le duo détonnant.

Mais voilà, trois mois plus tard, c’est à mon tour de rencontrer Monsieur Charlotte, qui après la tendance “fils de” me fait plonger dans le si facile et à la fois si évident “époux de”. Yvan Attal est venu présenter sa prochaine comédie Do Not Disturb prochainement à l’affiche, avec un François Cluzet particulièrement docile et loin d’être intouchable  – il est tard je fais ce que je peux en boutade -. Tous deux s’amusent au feuilletage express de ZUT!  Ah, il est si fier Yvan. Il a certainement pour la millième fois entre les mains et sur papier glacé celle qu’il porte magistralement à l’écran et qui vient de lui donner une petite Joe. Mais l’admiration reste intacte, malgré la taquinerie de circonstance : « Il sortait de chez le coiffeur Connan, vue sa tenue ? »

Mais l’apothéose, le Graal ultime, la consécration pleinement assumée demeurent dans cette question pourtant anodine du réalisateur :

« Dîtes, je peux garder le magazine pour Charlotte ? Ça lui fera plaisir ! »

Nous, si on peut faire plaisir…

Do Not Disturb, sortie le 3 octobre 2012

Rencontre avec François Cluzet à retrouver dans la rubrique Instant Flash, dans le prochain numéro de ZUT!

 

Le by Caroline Lévy dans la catégorie Cinéma, CULTURE, Musique, Rencontre, STRASBOURG | Laisser un commentaire  

Patrick, le prénom

Me dire que j’allais rencontrer le mâle aimé de toute une génération, certes un peu passée, me mettait en joie ! Une génération admettons-le plus T que Y, dans laquelle je me souviens enfant avoir été élevée au petit lait Brubru !

Lire la suite

Le by Caroline Lévy dans la catégorie Cinéma, CULTURE, Rencontre | Laisser un commentaire  

Gotye, le “chartbuster”, nous avait déjà écrit !

Son hit est sur toutes les lèvres, il passe en boucle sur la FM, dans les magasins, à la télévision. Bref, Gotye cartonne avec Somebody That I Used to Know en compagnie de la ravissante chanteuse néo-zélandaise Kimbra (ah, ce dos nu dans le clip, mieux que toutes les démarches porcines de nos chanteuses R&B préférées). Ça fait bien un mois qu’il est en tête des ventes sur l’Apple Music Store France, tout comme il est numéro 1 aux USA devant les experts du genre, David Guetta, Rihanna et toute la clique des squatteurs des charts internationaux.

Nous, Gotye, son succès nous étonne, non pas que sa ritournelle pop à la Sting ne nous émeuve pas (c’est plutôt très plaisant), non ça n’est pas ça : c’est qu’on mesure le chemin parcouru en six ans. On se souvient de son premier album, Drawing Like Blood, opportunément réédité dans une version Deluxe et surtout de ses premières tentatives avec le hit single soul Learnalilgivinanlovin (contraction de learn a little, giving and loving) qu’on voyait déjà grand à l’époque, et dont (presque) personne ne voulait.

Et en réfléchissant bien, on s’est souvenu : mais oui, mais oui, Gotye nous avait écrit par mail. On a posté quelques questions comme ça comme on jette une bouteille à la mer, et il nous avait répondu, s’excusant : “sorry that has taken a while” (pardon, ça a pris du temps).

À relire ce mail, on redécouvre cette personnalité étonnamment créative. Il nous rappelait alors l’histoire tragique de ce voisin qui lui avait cédé une collection de 200 vinyles, K7 audio et Mp3 (!) à la disparition de sa femme : l’intégrale d’Elvis, les albums de Ray Parker (“Everything I compose can pretty much be traced back to Ray” / “Tout ce que je compose renvoie quasiment à Ray”) [Ray Parker, compositeur de Ghostbusters, ndlr]. Dans cette masse de sons, il avait puisé des samples tous azimuts, lui l’artiste total, plasticien, vidéaste et amateur de collages en tout genre.

Il nous avait confirmé son amour pour The Police – il pourra difficilement nier les emprunts vocaux à Sting –, et notamment à la figure de Stewart Copeland, le batteur du groupe, sans doute l’un des meilleurs batteurs pop de tous les temps (oui, je sais Keith Moon de The Who, oui Ginger Baker de The Cream et Blind Faith, oui John Bonham de Led Zeppelin je sais je sais…) Quoiqu’il en soit, Gotye aimait chez Stewart sa manière tout à fait inventive d’éprouver la structure rock, d’où un son unique entre musique du monde, pop et reggae : le fameux reggata de blanc. Il nous avouait alors son fantasme de publier un album dans laquelle il engagerait une battle “batterie-samples” avec l’ex-Police. Aujourd’hui, le succès peut lui permettre d’envisager la réalisation de ce fantasme, tout comme il lui permet un retour triomphal en Europe, à lui l’Australien né en Belgique qui se réjouit de relire Robbedoes en Kwabbernoot (Spirou et Fantasio).

Gotye portait un t-shirt de son ami Tim Shiel, musicien électronique et styliste de Melbourne sous le nom de Faux-Pas.

Ci-dessous, une playlist en 10 titres : The Police, The Temptations, Marvin Gaye, James Brown, Peter Gabriel, Phil Collins, Manfred Mann’s Earth Band, Ray Parker, etc.

Le by Emmanuel Abela dans la catégorie CULTURE, Musique, Rencontre | Laisser un commentaire  

Abraham Belaga, un visage que nous ne sommes pas prêts d’oublier

Abraham Belaga, originaire de Strasbourg, joue dans Mafiosa ©Jean-Claude Lother

Il faut admettre que les séries françaises n’ont pas tellement la cote en France. Pourtant, la saison 4 de Mafiosa était très attendue. Déjà, parce que c’est une création originale avec un scénario et une réalisation très bien ficelés, et surtout, parce que le casting a de la gueule. Parmi les acteurs, il y a Abraham Belaga. C’est un mec que vous avez déjà pu croiser à Strasbourg dans ses jeunes années d’étudiant. À seulement 25 ans, il a déjà 8 films et un rôle dans la série Mafiosa à son actif. Si par malheur vous l’avez manqué, il n’est pas trop tard. Rencontre avec un nouveau jeune talent du cinéma français.

Lire la suite

Le by Zut alors dans la catégorie Cinéma, CULTURE, Rencontre | 1 commentaire

Une heure avec Michel Houellebecq

Michel Houellebecq était au Consortium à Dijon (2 petites heures de TGV depuis Strasbourg) pour le vernissage de l’exposition imaginée par Stéphanie Moisdon après la lecture de son dernier roman La carte et le territoire. Nous ne pouvions pas passer à côté de la possibilité d’une rencontre avec le plus visionnaire des écrivains français. Interview exclusive “houellebecquienne” à découvrir dans le prochain numéro du magazine Novo (sortie mi-juin).
Photo : Michel Houellebecq photographié en train de photographier l’exposition “Le Monde comme volonté et comme papier peint” au Consortium à Dijon.

Le by Philippe Schweyer dans la catégorie CULTURE, Livres, Rencontre | Laisser un commentaire