Effacer la frontière

ZUT-WEB_Strasbourg-Kehl-pont-rhin-frontiere

Au-delà de l’aspect « collection » comme nous l’avons vu précédemment, l’enfilade de ponts sur le Rhin est le témoin d’une dynamique de rapprochement, la volonté de fusion des deux villes en une seule.

Tirer vers soi la rive d’en face. Vouloir s’accrocher est une idée positive et porteuse de projets. De nombreuses villes médiévales se sont édifiées le long d’un cours d’eau important. Sur les berges d’une voie navigable. Et puis, la ville prospère grandit et s’étend par delà l’eau grâce à la construction de ponts, unificateurs. C’est un développement récurrent dans l’histoire de l’urbanisme.

ZUT_WEB_Ponts-Seine-Paris

Paris intra-muros comprend un grand nombre de ponts sur la Seine. Certains s’inscrivant dans l’histoire de la ville, d’autres très récents, témoin d’une dynamique urbaine forte.

Cette volonté de créer des liens importants de part et d’autre de l’eau, à priori un obstacle, se retrouve dans le projet “Métropole des Deux-Rives”, porté par le cabinet d’architecte Reichen & Robert et le paysagiste Alfred Peter, depuis mars 2010, à Strasbourg.

Sans passer en revue l’ensemble de l’histoire entre Strasbourg et Kehl, il est très intéressant de se rappeler qu’il a déjà existé un tramway entre les deux villes. La toute première ligne du réseau de tramway de la CTS fut d’ailleurs la “Ligne 1 – Kehl” en 1878, jusqu’au Pont du Rhin. Et comme aujourd’hui, c’est après de longs litiges financiers et politiques, qu’en 1896, la ligne traverse le fleuve pour arriver à Kehl. Elle disparaît à la suite de la seconde guerre mondiale.

ZUT-WEB_carte-postale_Kehl_Rhein

Carte postale témoignant de la liaison Strasbourg-Kehl.

ZUT-WEB_carte-postale_tramway_kehl

Carte postale « En route pour Kehl »

La volonté d’aller toujours plus à l’Est se retrouve à plusieurs reprises lors de concours d’idées. La consultation internationale sur l’aménagement du secteur Rhénan et de l’axe Est-Ouest en 1991 retient deux propositions ex-aequo. L’agence de Stuttgart STEG et l’agence franco-allemande SEURA, composée de Philippe Panerai et de David Mangin. Cette dernière propose de créer une gare TGV-ICE sur un pont au dessus du Rhin. Une gare dans le pont avec une entrée en France et une en Allemagne. Un projet innovant qui ne verra pas le jour.

ZUT-WEB_Plan_Seura_pont_gare

Projet SEURA (Panerai + Mangin) 1991, un Pont-gare sur le Rhin

L’union très symbolique entre la France et l’Allemagne se concrétise donc, toujours plus. Et la mise en place d’infrastructures très structurantes, comme ce nouveau pont du tramway, dégage une telle énergie que les projets d’aménagement ne se conçoivent plus de façon mono-nationale, mais comme s’occupant d’un véritable territoire uni, bi-national. Un témoignage fort de cette dynamique est le concours d’aménagement des Deux-Rives, qui s’est achevé le 17 janvier dernier. Le jury franco-allemand, présidé par Henri Bava a récompensé les architectes Finn Geipel et Giulia Andi, formant l’agence LIN Architects Urbanists, située à Berlin et à Paris, pour leur projet “Cour des Douanes – Zollhofareal”, qui s’appuie sur la mise en place du nouveau pont pour dessiner le futur de la zone transfrontalière.

ZUT-WEB_Zollhofareal-LIN-Architects

Masterplan du projet Lauréat de LIN Architects

Et tel un effet ‘domino’, nous imaginons que cette dynamique ne va pas s’arrêter aux rives du Rhin, mais continuer et se diffuser, s’ancrer dans le grand territoire de l’Eurodistrict. Une telle coopération transfrontalière est très difficile à mettre en place en réalité. Les différences de culture, les lacunes juridiques, les difficultés de dialogue pèsent souvent lourdement dans la balance. Et cela prend beaucoup de temps. Ce lien se construit très finement, et chaque étape est une victoire. De nombreux autres couples de villes, de part et d’autre d’une frontière, cherchent à mettre en place une politique commune, un thème de développement commun. Mais la réalité du terrain montre parfois que les conseils municipaux, chacun de leur côtés, préfèrent les solutions égocentrées. Certes plus simples à mettre en oeuvre mais peu porteuses en innovation, en souffle d’énergie et d’envie pour l’avenir. Le couple Strasbourg-Kehl est peut-être à mette en exemple, au moins en matière de développement urbain et de vision d’avenir.

Par Pauline Doizenet

Lire aussi :

Ponts sur le Rhin : accumulation artistique ? Collection compulsive ?

Le by Zut alors dans la catégorie Architecture, LIFESTYLE | Laisser un commentaire  

Accumulation artistique ? Collection compulsive ?

ZUT-WEB_Pont-Rhin_Illustration_Accumulation_Pauline-Doizenet

Campagnes de publicité de la C.U.S, articles publiés dans les journaux locaux ou dans la presse spécialisée… Impossible d’être passé à côté de l’annonce officielle et de la diffusion des images du future pont du Rhin reliant Kehl et Strasbourg. Analyse et comparaison.

Ce projet, œuvre du groupement Bouygues/Arcadis/Barani/Victor Buyck, connectera la station Aristide Briand de la ligne D du tramway de Strasbourg à une station devant la gare de Kehl, dans un premier temps, et à une station devant la mairie dans une seconde phase de projet. La fin de la première section de l’extension est estimée à fin 2015. Le pont permettra aux habitants d’aller travailler ou faire leurs achats en utilisant des modes de transport doux : le tramway, le vélo et la marche.

ZUT-WEB_Pont-du-Rhin_Nuit

Perspective de nuit du projet. Le pont est constitué de deux arches de 130 mètres de portée chacune et atteignant 20 mètres de hauteur.

Ce pont pour le tramway s’ajoute à une passerelle piétonne, un pont automobile et un pont ferroviaire déjà existants. Cette accumulation d’objets architecturaux renvoie au thème de la collection d’objets et notamment de la collection d’objets architecturaux. C’est une tendance qui a toujours accompagné l’apogée d’un mouvement architectural. Dans la lignée des Expositions Universelles et de leurs alignements de pavillons, témoignage d’une identité nationale propre, dessiné par une personnalité du pays en question. On rassemble au même endroit des bâtiments de nombreux différents architectes, les plus célèbres possibles. Sans chercher de cohérence à l’échelle du quartier. C’est un urbanisme d’îlots, utilisé depuis bien longtemps et trop peu remis en question. Mais là, je m’égare.

L’exemple le plus représentatif en France, ces dernières années, est la collection d’architecture à Lyon-Confluence. Ce projet de mutation urbaine de grande ampleur situé au Sud de la Presqu’île de Lyon vient d’entamer sa seconde phase de développement, avec pour date butoir l’horizon 2020. Mené principalement par Herzog & De Meuron, architectes et urbanistes bâlois, ce nouveau quartier regroupera de nombreux projets de logements, ainsi que de bureaux. Le plan directeur est composé d’une juxtaposition, bien géométrique, d’objets architecturaux, de grande envergure. La coupe transversale fait penser à l’étagère d’une bibliothèque de monographies d’architectes. Sont voisins dans ce quartier : Massimiliano Fuksas, MVRDV-Winy Maas, Jakob-Mac Farlane, Coop-Himmelb(l)au entre autres. Le projet est d’ailleurs vendu comme une “vitrine d’architecture contemporaine”. De la collection d’architecture, à l’état pur.

ZUT-WEB_Lyon-confluence

Vue d’ensemble des réalisations de Lyon-Confluence

On peut aussi penser à la collection de nains de jardin à Pouilly-les-oies mais cela pourrait davantage être de l’accumulation compulsive, trouble psychiatrique, appelé DMS-5 mais… je m’égare encore.

Au-delà de l’aspect ‘collection’, cette enfilade de ponts sur le Rhin est le témoin d’une dynamique de rapprochement, d’échanges, de partages entre les deux rives. Cela apporte une véritable volonté de fusion des deux villes en une seule. Une question que nous développerons bientôt.

Par Pauline Doizenet

Le by Zut alors dans la catégorie Architecture, LIFESTYLE, STRASBOURG | Laisser un commentaire  

Le sacre du pli

L'architecture devient une entité graphique autonome qui ne cesse de se développer, et qui finit par nous envelopper complètement.

L’heure est aux mutations urbaines. Et comme de nombreuses villes européennes, ayant la prétention de métropoles européennes, Strasbourg change de visage et fait évoluer son urbanité. Parmi les projets phares de la décennie, on compte la restructuration du grand magasin le Printemps, traité dans nos pages du Zut ! 15. Le dessin de Christian Biecher suscite de nombreuses réactions au sein des habitants de la ville, et des usagers de la place de l’Homme de Fer.

Lire la suite

Le by Zut alors dans la catégorie Architecture, LIFESTYLE, STRASBOURG, Vie quotidienne | Laisser un commentaire  

Hôte spot qui a la cote !

Cet été dans ZUT! Lorraine N°0, nous vous présentions notre coup de cœur du moment, un bijou de campagne niché dans les Vosges : La Ferme de Marion. Et bien cette dernière concoure à la prochaine émission de France 2 pour être élue La maison préférée des Français! Parce qu’on a du nez et que ce sont des Strasbourgeois en Lorraine, on n’hésite pas à les soutenir en votant pour leur charmante maison ! Lire la suite

Le by Caroline Lévy dans la catégorie Architecture, Déco, Green, LIFESTYLE, LORRAINE, Télévision | Laisser un commentaire  

Cabane ou château ?

Il paraît que des cabanes cassent la baraque depuis trois mois au festival de l’architecture à Muttersholtz… Mais vite, ça ferme ce week-end !

Le sujet  du concours : La cabane. 20 m2 maxi s’articulant autour de 3 axes de réflexion : l’innovation, la qualité architecturale et le respect de l’environnement.

Archi<20, c’est qui ?
Mouvement Etik’, une association, présidée par Frédéric Langel et Anne Lienhart, coordinatrice du concours. Sans oublier une flopée de bénévoles sans qui, une manifestation de ce type ne serait pas possible. Et pour départager et choisir les 20 projets les plus pointus, un jury prestigieux avait répondu présent : Paul Quintrand, le papa du logiciel informatif adapté aux architectes, Françoise Hélène Jourda, une pionnière en matière d’éco-construction, Philippe Bertrand, « Carnets de campagne » sur France Inter

Pourquoi ça plait ?
La cabane ne pouvait que séduire les architectes et les étudiants ayant postulé à ce lab archi jouissif et ravir les visiteurs de tout âge. Et franchement, quoi de plus génial qu’un cabanon pour se retirer, rêver, s’isoler ou se retrouver ? On pense bien sûr à la cabane de Le Corbusier – qui ne mesurait que 3 mètres 60 de côté – à sa superficie modeste mais à son architecture interne hyper élaborée et qui était le « château » préféré du Fada ! Il y a donc certainement la vôtre parmi celles des 20 lauréats d’Archi<20 qui ont posé leurs petites maisons ingénieuses dans le Grand Ried : des nids comme des rêves d’enfants, blottis au cœur d’une végétation luxuriante et face à une vue imprenable sur le Haut-Koenigsbourg. Difficile de refuser une aussi belle balade pour découvrir ces annexes ingénieuses, ludiques et intelligentes qui proposent une nouvelle manière d’habiter et pourquoi pas… D’en profiter pour repartir avec une de ces chouettes cabanes puisque la vente aux enchères des projets est prévue pour la clôture du festival ! D’ailleurs la jolie guinguette conviviale et toute de bois grisée, où vous ne manquerez de boire un verre, a déjà trouvé acquéreur…

ARCHI<20 / Festival de l’architecture à Muttersholtz
Le 15 septembre, vente aux enchères à 14 h 30 et dès 20 h soirée de clôture avec deux concerts pop/rock : Cristine Number One et This Year’s Girl.
Ouverture exceptionnelle dimanche 16 septembre avec une entrée du site à 5 €.

Le by Myriam Commot-Delon dans la catégorie Architecture, Green, LIFESTYLE | Laisser un commentaire