La nouvelle collection Kraemer : Black Bird

Avec la venue des fêtes se pose la question du choix de la tenue et bien évidemment de la coiffure afin d’être au top le jour J. Si l’inspiration vous manque, jetez un œil à la nouvelle collection Automne-Hiver de Kraemer Black Bird, en référence à la chanson acoustique de Paul McCartney de 1968 sur le White album des Beatles. L’alliance parfaite du chic et  de la simplicité séduira aussi bien les femmes que les hommes en quête de la coupe parfaite pour le réveillon. La dimension graphique des coiffures joue sur l’ambiguïté et renverse les codes établis : elle renforce les traits du visage pour mieux révéler la personnalité de chacun. La femme exprime sa masculinité en arborant des coupes courtes aussi audacieuses que sensuelles. Et l’homme affirme sa virilité tout en assumant sa propre fragilité.

Par Julie Baier

www.groupekraemer.com

ZUT_WEB_KRAEMER

Qu’elle soit féminine ou plus garçonne, la femme d’aujourd’hui se met en quête d’une séduction nouvelle :
elle mêle conviction, audace et glamour pour un équilibre parfait.

ZUT_WEB_KRAEMER2

Le temps est à l’audace : une coupe très graphique d’inspiration 80’s
et la mode s’engage sur son versant le plus contestataire. Bienvenue et salutaire !

Le by Zut alors dans la catégorie HAUT-RHIN, LORRAINE, Maquillage, MODE, Non classé, Photographie, STRASBOURG, TENDANCES | Laisser un commentaire  

Jaune Bussang

ZUT-WEB_Theatre-Bussang_jeune-fille-folle-ame

La jeune fille folle de son âme mise en scène par Michael Delaunoy.

Pour la 118e année (!), le Théâtre du Peuple de Bussang ouvre ses portes à un public estival. Dirigée par Vincent Goethals, cette nouvelle saison placée sous le signe de la Belgique célèbre une culture dramatique généreuse et intrépide.

« Par l’art pour l’humanité » peut-on lire sur le cadre de scène du Théâtre du Peuple. Fondé par Maurice Pottecher, ce haut lieu de la culture populaire défend depuis 1895 des valeurs sociales de partages et d’égalité, comme alternatives au théâtre bourgeois parisien des années 1900. Plus d’un siècle s’est écoulé depuis ce tour de force protestataire mais le théâtre de Bussang défend toujours ses vertus, en y injectant une certaine dose de modernité. Le lillois Vincent Goethals, nommé à la tête de l’établissement l’an passé, a été l’élément déclencheur d’une vague régénératrice, apportant un élan de créativité par ses initiatives saluées : organisations de week-end citoyen, de concerts d’ouverture et de clôture, d’une tournée d’hiver,… Désormais familiarisé avec les lieux, il met à l’honneur pour cette nouvelle saison estivale sa patrie de cœur, la Belgique : « Mon nom a des sonorités flamandes et ma vraie famille théâtrale c’est en Belgique que je l’ai trouvée ! ». Chaleureuse, généreuse, gourmande, audacieuse, la culture flamande a tout pour plaire à un public hétéroclite toujours grandissant.

ZUT-WEB_Theatre-peuple_Bussang

Tradition oblige, l’après-midi est rythmé par la représentation de 15h30. Au programme, une pièce phare du dramaturge belge Fernand Crommelynck, La jeune fille folle de son âme. Michael Delaunoy met en scène cette tragi-comédie écrite en 1929 à la sauce shakespearienne, entre raffinement et truculence. Plus que le langage (pourtant savoureux !), c’est le corps qui guide ce récit initiatique sur le désir et la sexualité : le soir de leur nuit de noce, Carine et Frédéric sont invités à participer à un bal masqué mettant à mal leur fidélité. Auteur associé à cette édition, Stanislas Cotton aime lui aussi brouiller les pistes jusqu’à atteindre une théâtralité exacerbée dans ses pièces courtes. Clod et son Auguste campe le portrait d’un clown démuni sans emploi interprété par Baptiste Roussillon tandis que le Roi Bohème relate l’histoire d’un vendeur de soulier fou d’amour pour une parfaite inconnue. La création du soir laisse place au cabaret politico-satyrico-social Et si nos pas nous portent… Sur la musique de Pascal Sangla, Stanislas Cotton imagine des bribes de vies comme des « nouvelles théâtrales », ouvrant la porte de l’intimité de deux couples et par là même de l’universalité. Le même musicos, clôturera les festivités entouré de ses complices de toujours avec On accélère, une chanson française teintée de pop-rock. Convivial, déterminé et accessible, le Théâtre du Peuple a des allures de figure immortelle.

THÉÂTRE DU PEUPLE, saison estivale du 13 juillet au 25 août à Bussang.
Consultez le programme sur le site www.theatredupeuple.com

Par Claire Tourdot

__________________________________________

 JEU-CONCOURS !

Le théâtre du Peuple et Zut ! mettent en jeu 5 x 2 places pour le spectacle du vendredi 26 juillet, à 15h, La jeune fille folle de son âme, mis en scène par Michael Delaunoy ainsi que 5X2 places pour le spectacle du mercredi 31 juillet, à 20h30 : Et si nos pas nous portent, mis en scène par Vincent Goethals :

Envoyez vos noms et prénoms, à contact@chicmedias.com (cliquez sur les petits points pour laisser apparaître l’adresse mail), les 10 plus rapides remporteront les places.

Le by Zut alors dans la catégorie CULTURE, LORRAINE, Théâtre | Laisser un commentaire  

Art, Wind & Fire

ZUT-WEB_Vent-foret_Thomas-Lanfranchi_Structure-Volante

Thomas Lanfranchi – Structure volante

Dans les forets de la Meuse, il ne pousse pas que des champignons, des fougères et des arbres centenaires ! Au détour des pistes boisées, on peut depuis 1997, également découvrir d’énigmatiques œuvres d’arts qui ont éclot au milieu de cet écrin de verdure.

A l’initiative de six villages de la région, Le Vent des Forêts invente un projet humain et culturel audacieux, où chaque année, de nouveaux artistes viennent renouveler les œuvres d’art de cette forêt qui prend des atours mystiques et féeriques. Cet espace d’art contemporain à ciel ouvert, situé dans l’arrondissement de Commercy engendre une alchimie rare entre la population, les 70 bénévoles de l’association et les artistes.

Le projet dessine une nouvelle façon de vivre la ruralité et de présenter les créations contemporaines, pour un public curieux qui peut fureter à loisir à travers les sept sentiers balisés (45 km en tout), proposant jusqu’à 5h de marche.

De juillet à fin septembre, sur 5 000 hectares de forêt, ce sont plus de 90 installations et sculptures qui sont visibles à ce jour, conçues avec des artistes à l’écoute du contexte forestier. Les 13 et 14 juillet seront inaugurées les sept nouvelles œuvres qui viennent enrichir la collection existante. Une occasion exceptionnelle pour les exposant et les promeneurs de se confronter de plain-pied aux questions du développement durable et de la défense de la nature. Parmi les intervenants du cru 2013, citons Julia Cottin (Fr), qui pour l’occasion explore les sous-sols de la forêt pour extraire une œuvre composée de cylindres sédimentaires. Le Néerlandais Maarten Vanden Eynde sera également de la partie, avec un assemblage sphérique monumental d’artefacts de la consommation courante, effigie stupéfiante de notre société. A ces actions à vocation pérennes, se greffent des animations ponctuelles comme les concerts des 12, 13 et 14 juillet dans les églises des villages de Ville-devant-Belrain, Nicey-sur-Aire et Dompcevrin.

Familles, club de randonneurs, écoles, amateurs d’art, visiteurs frontaliers ou vététistes… : le contexte du Vent des Forêts permet de rassembler une moyenne de 25 000 visiteurs par an et crée une dynamique liée au tourisme vert.

Pour accompagner la ballade et créer l’immersion totale, faîtes-vous une playlist thématique! Première pierre à l’édifice : La Foret de Lescop

Les Vents des Forêts, exposition à Fresnes-au-Mont et environs du 13 juillet à fin septembre
www.leventdesforets.org

Par Julien Pleis

Le by Zut alors dans la catégorie CULTURE, Exposition, LORRAINE | 1 commentaire

Masque des émotions

ZUT-WEB_Cascadeur_Das-Kuma_Session

Pour vivre heureux, vivons cachés. Un leitmotiv qui semble faire de plus en plus d’émules, emmenés par les chefs de file de l’incognito : Daft Punk. Autour de ces artistes qui avancent masqués, une vraie fascination s’opère entraînée par de nombreux articles ou photos révélant, à tort ou à raison, leurs vrais visages : les voilà tombant le masque. Une volonté presque voyeuriste de casser le mystère pour rapprocher ses artistes d’une vie normale. La vraie question est : pourquoi préfèrent-ils le masque et l’anonymat ? Préserver leurs vies privées ? Faciliter l’identification du public ? Ou la personnification à outrance ?

Pour Cascadeur, artiste messin, ce serait plutôt pour cacher ses émotions et, en ce sens, laisser parler la musique : des sons planants et sentimentaux emmenés par un doux piano.

Filmé par l’équipe de Das Kuma pour une DSKM Session des plus intimes, il pousse un peu plus loin la place accordée à la musique en souhaitant préserver sa voix pour cette belle église St Maximim dans le cadre du festival Musiques hors format. Un morceau inédit, pour quelques frissons de fraîcheur.

Retrouvez notre rencontre avec Cascadeur en lisant l’Instant Flash qui lui est consacré dans le dernier numéro de Zut ! Lorraine, juste ici.

Voir aussi :

Notre GIF spécial Daft Punk x Get Lucky

Le by Cécile Becker dans la catégorie CULTURE, LORRAINE, Musique | Laisser un commentaire  

Blouson cuir

ZUT-WEB_The-Napoleons_Needle

The Napoleons sont des Nancéiens sympas, tout de cuir vêtus, qu’on peut croiser principalement entre deux concerts et trois bières, lorsqu’ils ne sont pas sur scène. Yannick, serviteur, au chant, Mike et Romain aux guitares, Jason à la basse et Pierre à la batterie. Il viennent de sortir un nouveau single et un nouveau clip.

Il font quoi The Napoleons, depuis quand ?
On fait du rock ! 
On a commencé à répéter ensemble en novembre 2010, puis les premiers concerts à partir d’avril 2011. A cette époque on était encore sur Besançon, puis Yannick a rejoint Romain à Nancy pour ses études, et le reste du groupe a suivi petit à petit, pour des raisons pratiques et des choix de vie. En janvier 2012 on a sorti un EP quatre titres, Mud Sand Overseas, qu’on a défendu sur pratiquement toute l’année en concert. On est partis en tournée en septembre 2012 dans toute la France, en Belgique et au Luxembourg. Depuis on a pas mal bossé en studio de répétition, on a repris les concert en mai et là on sort un single et un clip, Needle.

On sent évidemment que les Strokes ou le BRMC sont des références certaines du groupe. Est-ce que des groupes de styles différents influent sur vos choix musicaux ?
Ouais, niveau référence, on peut dire ça, on a des morceaux assez mélodiques et d’autres plus bruts, on essaie de trouver le bon compromis entre les deux sans verser dans l’excès, que ce soit d’un côté ou de l’autre. On écoute plein de trucs différents, je ne sais pas vraiment si ça se ressent dans notre musique, on essaie surtout de se focaliser sur la mélodie.

En parlant des Strokes, que pensez-vous du morceau One Way Trigger ?
Jason et Romain n’accrochent pas au synthé, Mike a toujours trouvé que les Strokes c’était de la merde, Pierre s’en fout et moi je kiffe, je trouve ça assez couillu comme choix de production, il faut juste savoir faire le deuil des deux, voire trois, premiers albums et écouter ça d’une oreille nouvelle.

Sur les deux nouveaux titres Needle et Concrete, les mélodies sont plus pop que sur l’EP, c’est quelque chose qui va rester ?
Ouais, comme je te disais, on se focalise sur la mélodie, c’est ce qu’on a essayé de rendre sur le single. Nos nouveaux morceaux et ceux sur lesquels on travaille restent à peu près dans la même direction mais ça reste quand même du rock. Par contre on a un troisième titre en boîte qu’on balancera gratuitement sur le net cet été et qui est plutôt lourd, dans la veine de Louisiana. C’est une espèce de dualité dans le groupe, des fois, on a besoin de gros son.

La suite, une tournée ? Un album ou une envie de rester sur des courts formats ?
La suite, c’est des concerts en juin/juillet, on a déjà plusieurs dates confirmées. On joue une date à Verdun avec Lescop et une autre avec BB Brunes, puis il y a des concerts tous les week-ends en septembre. On est en train de booker ça et on a déjà quelques pistes à Paris et en Allemagne. 
Concernant le studio on aimerait bien y retourner assez rapidement, je pense qu’on penchera plus vers un nouvel EP plutôt qu’un album.

Et niveau albums en 2013, ils écoutent quoi The Napoleons ?
Bon je te balance ça en vrac, on écoute beaucoup de choses : Aline, La Femme, Booba, Juveniles, Phoenix, Cold War Kids, These New Puritans, Tame Impala, Daft Punk, Queens Of The Stone Age, Hanni El Khatib, BRMC, The Yokel et bien sûr Chris Sorrelli. 
Je t’ai fait un pot-pourri là, je ne te dis pas qui écoute quoi.

The Napoleons seront en concert le 5 juin pour leur release party au Quai’son, à Nancy et le 29 juin dans le cadre du festival Musiques et Terrasses à Verdun

Propos recueillis par Anthony Gaborit

Le by Zut alors dans la catégorie Clips, CULTURE, LORRAINE, Musique | Laisser un commentaire