Pop grande vitesse

La Lorraine compte parmi sa scène régionale un groupe de 4 garçons qui fait parler de lui et ne cesse de grimper depuis maintenant presque trois ans. Démos, sessions acoustiques, vidéos, un premier EP, et nombre de concerts allant de Bourges à la Rochelle en passant par Paris en première partie de Two Door Cinema Club, et récemment en tour support des Cranberries… Rencontre avec The Aerial juste avant leur départ pour les Bar en Trans à Rennes.

Vous venez de sortir un single A day like this, faisant suite à un premier EP sorti en début d’année, on a l’impression que votre musique s’est épurée. Vous avez votre son ? Un hybride electro pop 90’s teinté de phases hip-hop ?
Alexis :
Sur l’instant, on a voulu faire ça mais on peut difficilement prévoir la suite, c’est la dernière question qu’on se pose en fait. On ne s’est pas dit : « Il faut que ça sonne comme ci ou comme ça ». Ça dépend de l’instant aussi, du matériel qu’on a, de ce qu’on écoute, où on est, etc.
Nicolas : Après, oui le single est plus épuré que l’EP, c’est vrai, c’est un peu plus mature. On a commencé à tourner beaucoup plus, on s’est retrouvé à écouter notre musique dans des grandes salles, tu la ressens différemment et tu la recomposes différemment.

Lire la suite

Le by Zut alors dans la catégorie Clips, CULTURE, LORRAINE, Musique | Laisser un commentaire  

Hôte spot qui a la cote !

Cet été dans ZUT! Lorraine N°0, nous vous présentions notre coup de cœur du moment, un bijou de campagne niché dans les Vosges : La Ferme de Marion. Et bien cette dernière concoure à la prochaine émission de France 2 pour être élue La maison préférée des Français! Parce qu’on a du nez et que ce sont des Strasbourgeois en Lorraine, on n’hésite pas à les soutenir en votant pour leur charmante maison ! Lire la suite

Le by Caroline Lévy dans la catégorie Architecture, Déco, Green, LIFESTYLE, LORRAINE, Télévision | Laisser un commentaire  

Electric Electric : le virage pop

 

Le groupe Electric Electric © Christophe Urbain

Ils étaient deux sur leur premier album Sad Cities Handclappers, ils sont désormais trois à livrer leurs énergies nucléaires sur le petit nouveau Discipline. Entre temps, les Strasbourgeois d’Electric Electric ont eu le temps de tourner un peu partout en Europe, de perpétuer la légende de concerts tapageurs et ravageurs et de répondre à nos questions…

Lire la suite

Le by Cécile Becker dans la catégorie Clips, CULTURE, LORRAINE, Musique, STRASBOURG | Laisser un commentaire  

Le mail de Lee Fields à la Zut Team !

Il est des mails comme de certaines bouteilles à la mer ; on les envoie, et on espère qu’ils vont atteindre le rivage (et accessoirement nous revenir, on s’entend !). Eh bien, le mail à Lee Fields est bien parti (via le 22 à Asnières, autrement dit le label de nos amis de chez Differ-ant), et il nous est revenu ! Qu’on soit bien clairs : Lee Fields nous a écrit.

Et alors, j’en entends certains : Lee Fields ? C’est qui celui-là ? Il ne passe même pas sur la FM, et encore moins sur les grandes ondes (ça existe encore les grandes ondes ?)

Bougres de vous, ai-je envie de répondre : Lee Fields c’est simplement LA voix de la soul d’aujourd’hui (et un peu d’hier aussi). C’est Otis Redding, Marvin Gaye et Donny Hathaway, le tout réuni avec une petite pincée de James Brown (auquel on prête une vraie ressemblance au point de le rebaptiser Little JB). C’est aussi ce petit gars de Caroline du Nord qui a prêté sa voix aux deux tubes de Martin Solveig, Jealousy et I Want You. Vous y êtes ? Hé bien, cette immense figure nous a répondu à nous, et rien qu’à nous (plus exclu c’est même pas imaginable !). Bon, ok je me calme, il faut dire que ça fait un choc, non ?

Et que nous dit-il au juste ? Au-delà du fait qu’il se produit à Nancy Jazz Pulsations le 19 octobre prochain ? Entre autres petites choses que vous lirez dans nos différentes éditions à venir (dans le prochain Zut Lorraine par exemple), il répond à notre très cher collaborateur messin, Benjamin B., et se lance dans une longue explication de ce que représente la soul music pour lui : « J’entretiens une relation profonde à l’Esprit (Spirit avec une majuscule, ndlr). Je crois que l’âme et l’esprit (cette fois-ci sans majuscule, ndlr) sont une seule et même chose, et qu’elles proviennent toutes deux de Dieu, ce qui n’est pas rien. Nous sommes des êtres humains faits de chair avec une âme vivante au plus profond de nous ; nous sommes sans cesse revitalisés par toutes ces choses qui satisfont l’âme. Ce que fait la soul music c’est de satisfaire l’âme. C’est ce qui rend la soul music si profonde et salutaire pour ceux qui l’écoutent. Heu… long silence respectueux. Lee, je crois que tu nous émeus à peu près autant quand tu nous parles (en l’occurrence quand tu nous écris) que quand tu chantes. Allez, une écoute de Faithful Man s’impose là tout de suite ! (en acoustique, qui plus est)

Lee Fields & The Expressions, Faithful Man, Truth & Soul / Differ-ant

En concert le 19 octobre à Nancy Jazz Pulsations (Chapiteau)

Le by Emmanuel Abela dans la catégorie CULTURE, LORRAINE, Musique | Laisser un commentaire  

Les lémuriens aiment le cinéma

Si si ! Les lémuriens aiment le cinéma. Si on vous le dit. La preuve avec le festival de cinéma de Nancy Aye Aye, puisque pour ceux qui l’ignoraient l’aye-aye est un petit lémurien de Madagascar pourvu d’énormes yeux et de grandes oreilles, pour bien voir et pour bien entendre, mon enfant !

Une centaine de films, deux salles intérieures mises à disposition par l’institut européen de cinéma et le centre image Lorraine, et un écran en plein air dans la cour de la médiathèque pour le plaisir de sentir encore un peu l’été avant de s’engouffrer dans la rentrée, la 18ème édition du festival de cinéma de Nancy compte bien vous faire plaisir. Parmi la programmation : une compétition de courts-métrages internationaux regroupés par thématiques (L’espoir fait vivre, La vie de famille, Vive la révolution, Tromper les apparences, La dérive de l’homme), des projections de documentaires, de films d’animation, d’avant-premières, de grands classiques et de films jeunesse.
Cette année, le festival de cinéma de Nancy met le cap sur l’est européen en proposant une sélection Orient express avec, entre autres, Latcho Drom de Tony Gatlif (sélection Un certain regard au festival de Cannes 1993) qui suit en musique et en danse la route du peuple Rom, Les Yeux Noirs de Nikita Mikhalkov avec Marcello Mastroianni qui interprète un serveur de paquebot évoquant ses souvenirs ou Mustafa’s Sweet Dreams d’Angelos Abazoglou racontant l’histoire d’un apprenti-pâtissier. Un focus Caucase vient compléter cette belle programmation avec un hommage aux maîtres du cinéma caucasien : Artavazd Pelechian et Otar Iosseliani, Karaman, un film de Tamer Yigit et Branka Prlic sur le choix d’immigration d’une musulmane, ou encore le documentaire de Gor Margaryan en forme de petit conte de fées qui dresse le portrait de trois jeunes arméniens dans les parties rurales du pays.

Un festival qui explore la jeune création mais nous donne aussi à voir un cinéma ancré sur un territoire que l’on méconnaît.

Programmation complète sur le site du festival
Aye Aye film festival, du 1er au 10 septembre à Nancy.
http://ayeayefilmfestival.com
6 € la séance en tarif plein

Infos : 06 50 86 82 77 

Le by Cécile Becker dans la catégorie Cinéma, CULTURE, LORRAINE | Laisser un commentaire