Cooper décaler

ZUT-WEB_Mini-Paceman_Lancement

Dans la famille MINI, on demande le petit frère… D’ici deux jours, la planète automobile va être quelque peu secouée ! Le petit dernier du géant de l’auto MINI vient d’arriver. 7e modèle d’une fratrie déjà très complète, La Paceman révolutionne les codes de la voiture urbaine.

Pour son lancement d’envergure, les MINI Stores – l’Espace H – de Strasbourg et Haguenau organisent simultanément une journée d’essai dans une ambiance festive et décalée ce samedi 16 mars ! Une cabine photomaton s’installera notamment au cœur des deux concessions pour un concours photo déjanté qui investira les murs par la suite et tout un tas de goodies et autres joyeusetés à gagner !

So (S)PACEMAN

La petite citadine a déjà tout d’une grande avec sa silhouette agile aux lignes tendues : elle est le premier Sports Activity Coupé au monde. Deux portes, grand volet et deux sièges individuels à l’arrière. Le Cross Coupé by MINI respire le sport par ses proportions et sa conduite inspirée des sensations du karting mais aussi le design par sa signature urbaine. En plus de tous ses atouts, la Paceman demeure personnalisable à l’infini… Spacieuse et agréable à piloter, sur le bitume elle assure !

Pour en savoir plus sur l’événement

Lancement de la PACEMAN dans les MINI Stores de Strasbourg et Haguenau, samedi 16 mars, de 10h à 18h.

Le by Caroline Lévy dans la catégorie Design, Sports, STRASBOURG, Vie quotidienne | Laisser un commentaire  

C(art)sino

boite redim

Dans le cadre de l’exposition Avant Première, l’équipe du Projet Bemberg transformera ce week-end la Chaufferie en Grand Casino, une exposition interactive dans laquelle les visiteurs auront l’occasion de gagner les œuvres de jeunes artistes par le biais de jeux de hasard installés au sein de la galerie. Quatre tables seront installées (roulette, craps, black jack, chuck luck). Les jetons seront échangés contre une (ou plusieurs) œuvre(s) de valeur égale aux gains.

En introduisant dans une galerie d’art un système de vente basé sur l’intuition et l’investissement, le Grand Casino Bemberg rejoue les codes du marché de l’art et apporte une réflexion nouvelle sur la confrontation entre artiste et institution.

Le 15 mars à 18h, à la Chaufferie, 5 rue de la Manufacture des Tabacs à Strasbourg

Le by Zut ! dans la catégorie CULTURE, Exposition, STRASBOURG | Laisser un commentaire  

Cougar Town

Virginie Efira et Pierre Niney dans 20 ans d'écart.

Virginie Efira et Pierre Niney dans 20 ans d’écart.

Abonné au genre horrifique, le réalisateur David Moreau signe, avec 20 ans d’écart, sa toute première comédie sentimentale. Virginie Efira – dont l’actualité cinématographique 2013 est plus que chargée – y joue le rôle d’Alice, belle et ambitieuse femme de 38 ans, qui se voit prise au piège d’un jeu dangereux lorsqu’elle se voit contrainte de feindre une relation avec Balthazar, d’à peine 20 ans, pour espérer obtenir une promotion. Immersion dans le phénomène cougar.

Après deux films d’horreur (le français Ils, et l’américain The Eye), David Moreau se lance dans sa première comédie romantique avec l’envie d’aborder un sujet de société non-conventionnel, et évoque sans tabou LE phénomène dont tout le monde parle depuis les années 2000 : celui des cougars, ces femmes de 35 ans ou plus qui entretiennent des relations avec des hommes beaucoup plus jeunes qu’elles. Les cougars opèrent une réelle fascination auprès de la jeune gente masculine qui recherche l’expérience et le défi. Tout un vocabulaire s’est développé en marge du monde porno, aidé par la sphère Internet : MILF, FILF, grannies. La maturité, voire les seniors deviennent tendance (lire notre dossier consacré aux Seniors dans le Zut ! 16 – page 116)  Et qui de mieux que Virginie Efira, élue plus beau décolleté de Belgique (si, si !), pour jouer une cougar-malgré-elle ?

Dans 20 ans d’écart, Virginie Efira campe la belle et ambitieuse Alice qui, par conscience professionnelle, délaisse sa vie de femme. Pressentie pour devenir la nouvelle rédactrice en chef du magazine Rebelle, son image de fille trop sérieuse et coincée la prive de cette promotion tant espérée. C’est en rencontrant le jeune Balthazar (Pierre Niney) d’à peine 20 ans, que les choses changent. Alice semble, aux yeux de tous, plus libre, plus forte, plus… rebelle, et voit en cette relation la solution à ses problèmes. S’amorce alors une idylle aussi improbable que passionnée, qui bien vite déroute les plans qu’Alice avait élaborés.

Avant-première de 20 ans d’écart à l’UGC Ciné Cité Strasbourg, le lundi 4 mars à 20h00.
Sortie nationale : le 6 mars

Par Justine Goepfert
___________________________

JEU-CONCOURS !

L’UGC Ciné Cité et Zut ! mettent en jeu 10X2 places pour l’avant-première de 20 ans d’écart. Pour cela, répondez vite à la question suivante :

Quel est le poste qu’Alice essaye d’obtenir ?

Envoyez votre réponse, vos noms et prénoms, à contact@chicmedias.com (cliquez sur les petits points pour laisser apparaître l’adresse mail), les 10 premières bonnes réponses remporteront les places.

Le by Zut alors dans la catégorie Cinéma, CULTURE, STRASBOURG | 1 commentaire

Lilly Wood and The Prick, premières photos !

Dans chaque numéro, Zut ! consacre une rubrique aux artistes qui se déplacent dans nos villes, Strasbourg, Nancy ou Metz. C’est l’Instant Flash ou la rencontre d’un artiste, acteur ou musicien avec un journaliste de l’équipe et un photographe.

En avant-première, les photos réalisées le 8 février dernier avec Lilly Wood and the Prick à la Laiterie, à Strasbourg, par Tony Trichanh. La photo retenue sera à découvrir avec l’article de Cécile Becker dans le prochain numéro de Zut ! Strasbourg (le numéro 17 à paraître le 15 mars).

ZUT_WEB_LiliWoodandthePrick_TonyTrichanhZUT_WEB_LiliWoodandthePrick_TonyTrichanh2

Le by Emmanuel Abela dans la catégorie CULTURE, Musique, STRASBOURG | Laisser un commentaire  

Sirène Synthétique

© Marko Krunic

© Marko Krunic

Mariée avec son ordinateur, Maria Minerva semble sortie des limbes de la musique synthétique. Un savant mélange de musique 90’s mais aussi d’influences très modernes surfant aussi bien sur le r’n’b que sur la dance ou l’electronica.

Écrire sur Maria Minerva est un risque à prendre : sortir cette musique de son écrin intimiste alors même que sa chanteuse « ne veut pas être découverte » pourrait interférer sur la qualité de ses productions. Cette artiste et chanteuse estonienne vivant à Londres navigue dans son propre univers mental et se plonge tête baissée dans un continuum sonore très lascif. Boucles disco ralenties, sons évoquant une pop dépouillée, voix aquatique, souvent cachée, elle déniche le meilleur des années 90’s pour créer une atmosphère surannée.

La filiation avec le génie de John Maus est assez évidente tant le processus créatif et chaotique se recoupe et tant leurs sorties s’enchaînent à un rythme effréné. Anecdote : l’un des livres de chevet de Maria Minerva est d’ailleurs Heaven is Real: John Maus and the Truth of Pop, de son ami Adam Harper, contributeur du magazine Wire, où la belle a fait un stage… Evidemment, la sirène est une fervente adepte de la philosophie do it yourself. Son label Not Not Fun (figure de l’underground hip) sortait d’ailleurs ses premiers opus sur cassette et en série limitée. Aujourd’hui, elle a deux albums à son actif : Cabaret Cixous, disque onirique et le dernier, Will Happiness Find Me ? beaucoup plus assumé et poussif. Une Spice Girl des temps modernes pratiquant l’abstraction et la science du sample.

Maria Minerva en concert ce soir, le 14 février, à l’auditorium du musée d’Art moderne et contemporain à Strasbourg, à 19h.
Encore plus de Maria Minerva sur Szenik.eu.

Lire aussi :

Blind-test avec Chairlift et un morceau de John Maus dedans
Z-U-Tape Septembre, une sélection avec John Maus
Même chanson dans la Z-U-Tape de décembre, mais une autre version
Top 2012, toujours avec John Maus dedans

Le by Cécile Becker dans la catégorie CULTURE, Musique, STRASBOURG | Laisser un commentaire