Chilly Gonzales : le blind test

ZUT-WEB_Gonzales-blind-test


De passage à la salle des fêtes de Schiltigheim le 27 avril dernier pour présenter son disque Solo Piano II, nous avons rencontré la bête. Bête de scène d’abord, monstre du piano aussi : Chilly Gonzales. Ou Gonzo, pour les intimes. Avant de lire l’essence et les détails de cette belle rencontre dans les pages du prochain Zut ! Strasbourg (il faudra attendre le soleil, le vrai), petit avant-goût délicieux en forme de blind test à un personnage passionné par le hip-hop.

Daft Punk – Get Lucky feat. Pharrell & Nile Rodgers

Bien sûr, c’est Daft Punk ! J’aime beaucoup. J’ai eu la chance d’écouter tout l’album avant d’apparaître dans une vidéo dans laquelle j’explique comment j’ai collaboré à Random Access Memories (à regarder à la fin de ce blind test, ndlr.). L’album est très très bien mais je n’ai pas le droit de dire quoi que ce soit avant le 21 mai… Je suis très fier d’y avoir participé : mon but en tant que pianiste et personnage, c’est d’être un homme de mon temps. Pouvoir travailler sur un album comme ça ou avec Drake ou Feist, qui sont chacun, dans leur style, à un très très haut niveau… Je veux dire, Feist, c’est l’une des meilleures songwriters, Daft Punk ? Les dieux vivants de la musique électronique et Drake, le plus pop et le plus musical des rappeurs. C’est très rassurant pour moi que des collaborations comme ça soient faisables. A chaque fois, c’est au piano que les gens me demandent, c’est assez rare que quelqu’un veuille travailler pour autre chose que l’harmonie ou l’odeur pianistique que je peux apporter.

ZUT ! Magazine : Et qu’avez-vous pensé de tout le buzz autour du morceau ?

Ce sont des génies non seulement en musique mais aussi dans la gestion de leur carrière. Ils mettent beaucoup de gens à l’amende, à chaque album. Ils montrent une autre voie en étant tout à fait conscients de leur position. Leur œuvre d’art se passe sur un registre très très large qui incorpore parfaitement l’industrie du disque. A chaque fois, ils sont en avance ! Même si soi-disant, ils sont passéistes… Sur Human After All, il n’y a pas eu de promo du tout et ils ont fait l’album en 12 jours ! Beaucoup de musiciens ont des fantasmes en tête, et bien c’est possible que Daft Punk les aient réalisé avant : les crossovers, l’autotune sur One More Time. Sur ce nouvel album, les gens vont se dire « Han ! Pourquoi n’y ai-je pas pensé ? » Ce sera très dur d’y résister. Tous les arguments contre, sont des arguments très positifs en fait. J’entends beaucoup de gens qui disent : « Hm. Je trouve ça un peu en-dessous, mais franchement elle me reste dans la tête pendant trois semaines. »« Ok, t’as un problème mec, si t’as une musique en tête c’est que finalement, tu l’aimes bien. » Ça va forcer les gens à écouter avec un vrai goût pour le rythme, pour la joie, pour tout ce qu’il y a de positif dans la musique. Les gens qui résisteront sont des cyniques, qui vont refuser, par principe… J’ai écouté tout l’album c’est tellement pop, joyeux, varié, on s’ennuie pas, c’est fait avec humour, avec joie… « It’s a masterpiece ! »

James Blake – Limit To Your Love

Ah. C’est la reprise de James Blake de Limit to Your Love, que j’ai composée avec Feist. J’aime beaucoup beaucoup beaucoup cette version. D’ailleurs, j’ai fait une erreur il y a quelques années… Je rigolais sur scène à Londres, j’étais un peu possédé par le truc, et je n’ai pas vraiment dit du mal de lui mais fait semblant qu’il n’avait jamais rappelé, j’ai dit : « James Blake, he covers my song but he won’t even return my calls ! » (James Blake, il reprend mes chansons mais il ne daigne même pas me rappeler !, ndlr.) Trois mois plus tard, il a entendu de quelqu’un que je disais du mal de lui. J’ai lu quelques interviews où les journalistes lui demandent si je l’ai contacté suite à sa reprise et il répond : « Non, mais je sais qu’il a mal pris le fait que j’ai repris son morceau. », alors que ce n’est pas du tout le cas… J’ai essayé de le joindre plusieurs fois suite à ça… C’est le danger sur scène, même si quand j’ai raconté ça, c’était moi dans la position du loser… Mais James Blake est un musicien très talentueux. Vraiment.

Aphex Twin – Avril 14th

Il réfléchit longuement tête baissée.
Je connais pas. Mais c’est bien, j’aime bien. C’est quoi ?

ZUT ! Magazine : Aphex Twin…

…Oh. C’est de l’album Drukqs c’est ça ? Je connaissais une autre petite interlude au piano, mais pas celle-ci.

Léonie Pernet – Blue is Dead

Je connais très très peu la musique actuelle… C’est quoi ?

ZUT ! Magazine : Léonie Pernet, Blue is Dead. Une jeune artiste, qui travaille seule et qui joue pas mal d’instruments. Elle se balade entre la pop, des choses plus classiques, et le rap aussi…

C’est vraiment bien. Rappelle-moi son nom ?

ZUT ! Magazine : Léonie Pernet. Quels noms retenez-vous de cette nouvelle génération d’instrumentistes qui travaillent dans leur coin, qui construisent leur musique seuls ?

J’adore Nils Frahm, par exemple, il est génial. En live, il est fabuleux apparemment. Je le respecte vraiment beaucoup. Il y a aussi Hauschka, ça c’est du piano préparé. Un très gentil monsieur.

Beyoncé – Run the World (Girls)

C’est Beyoncé ça ! Certains de ses tubes sont vraiment superbes. La musique pop comme ça, ça rejoint mes aspirations musicales, donc ça me touche. Et puis elle a cette connexion au rap qui me parle, forcément : le hip-hop doit être la meilleure musique qui existe sur terre, très honnête, très directe. Et puis elle est la femme de Jay-Z, leur couple est très ami avec Obama… C’est dingue.

Tyler, The Creator – IFHY feat. Pharrell

Quasiment immédiatement : « That’s Tyler ! »

Il est génial. J’ai écouté Wolf, son dernier album, j’adore ce mec. Un des membres de cette bande Odd Future, Domo Genesis, je suis en train de faire un truc avec lui. J’ai découvert qu’il adorait Solo Piano II, il avait tweeté qu’il se lève le matin, qu’il fume un joint tout en écoutant Solo Piano II.

BONUS (pour les pratiquants de la langue de Shakespeare) : l’épisode 6 de The Collaborators filmé par The Creators Project, présentant le travail de Chilly Gonzales sur Random Access Memories

Propos recueillis par Céline Loriotti et Cécile Becker le 27 avril à la salle des fêtes de Schiltigheim.

Le by Cécile Becker dans la catégorie CULTURE, Musique, Rencontre, STRASBOURG

Ajouter un commentaire