Scilt vous plaît !

Les Halles un dimanche matin @ Henri Vogt

À la fois marché couvert et espace d’exposition, Les Halles du Scilt ont été inaugurées le 10 novembre dernier. Reportage au coeur des allées de ce lieu que la municipalité rêve comme une nouvelle « place du village ».

« Goûtez-moi ces belles pommes. Elles sont gorgées de vitamines ! », harangue le primeur de la ferme Diemer. Dimanche matin, en plein coeur du vieux Schilick, les clients arpentent les allées du marché couvert, fraîchement garnies. Ici, les adeptes des circuits courts et locavores trouvent leur bonheur, autant que les familles et amateurs d’art en quête d’une activité dominicale. Un joyeux brouhaha résonne dans ces 700m2, immaculés et minimalistes. Les petits commerçants se partagent le rez-de-chaussée où l’on retrouve par ailleurs un bar-restaurant, le Café Scilt – où certains sont déjà attablés après avoir rempli leur panier de commissions –, quand les oeuvres de Tomi Ungerer ont investi la mezzanine à l’étage, l’espace d’expositions temporaires. Bientôt, les services culturels de la ville disposeront d’une billetterie dans le bâtiment d’en face. Pour faire simple, le lieu aspire à devenir le point névralgique de la ville par son emplacement autant que par ses usages, comme nous le confirmait son architecte Dominique Coulon : « Je crois beaucoup à la mixité programmatique de manière générale et à son pouvoir de créer des situations inédites. Ce que je pense, c’est que dans une époque où le numérique prend une place extrêmement importante, on aura besoin de plus de lieux de rencontres. »

@Henri Vogt

L’objectif semble atteint, au vu de l’accueil réservé par les Schilickois. Mélissa, une habitante venue faire ses courses, s’enthousiasme : « J’aime cette ambiance de village à la ville. C’est vivant et on croise plein de monde, voisins, amis. Il y avait une vraie demande. » La municipalité souhaitait développer le maillage social en pensant un espace où faire ses emplettes, ressentir le terroir, flâner, tout en saluant la création régionale à travers les artistes invités à s’emparer de l’espace. Cette volonté – rappelant l’esprit des tiers-lieux – se retrouve notamment dans le nom du lieu : Les Halles du Scilt réunissent à la fois les esprits de marché, de territoire (Sciltung fut le premier Schilickois) et de convivialité (S’gelt, l’expression alsacienne utilisée au moment de trinquer). Concrètement, les commerçants sont installés du mardi au dimanche, et la sélection permet de remplir son frigo et son garde-manger avec des produits locaux. Des expositions sont programmées tous les trimestres alors que l’espace ateliers au premier étage est animé tous les mercredis et samedis par La CabAnne des créateurs. Le but ? « Dynamiser la vie locale et renforcer l’essor commercial », raconte le maire Jean-Marie Kutner. Des bonnes senteurs, des belles couleurs et des bons produits : le marché vaut la halte et même le détour !

Rencontre avec quelques producteurs :

Ferme Lechner

Nicolas Lechner, traiteur, producteur de foie gras et d’une ribambelle de produits issus de son élevage de canards et d’oies, est le chouchou des (bons) restaurateurs strasbourgeois. Et pour cause : ses magrets, foies gras, pâtés en croûte, saucisses à croquer et autres produits « dérivés » sont incontournables, délicieux et, surtout, préparés avec passion. Puisqu’il est de bon ton de parler foie gras parlons de celui de la ferme Lechner : le lobe est déveiné, assaisonné au sel, au poivre, à une épice secrète « bien à [eux] », au Cognac “fine Champagne” et cuit de 35 à 45 minutes. Son goût est subtil et équilibré. La spécificité de la ferme ? Suivre l’élevage de A à Z, les canards et oies étant nourries avec ses propres céréales. La chaîne est donc totalement maîtrisée, d’autant plus que la production (2000 canards par an) reste modeste. Nicolas Lechner a repris l’affaire familiale au départ à la retraite de ses parents, après avoir suivi des études de cuisine : « Je mets à profit ce cursus pour innover et créer des recettes maison », notamment son best-seller, le feuilleté “Nico” : feuilleté d’émietté de cuisses confites avec échalote, persil et foie gras.(C.B.)

Ferme Diemer

Le stand de la ferme Diemer © Henri Vogt

Thibaut et Nicolas Diemer sont nés dans les choux (et ce n’est pas une légende). Les deux frères ont grandi au milieu des fruits et légumes et ont naturellement repris la ferme familiale à Kolbsheim. Leurs saveurs maraîchères colorent désormais les allées le marché couvert. Au fil des saisons, ils s’efforcent de cultiver les meilleurs produits possibles dans une démarche raisonnée. Pour récolter leurs fruits et légumes, les producteurs utilisent la protection biologique intégrée au lieu des pesticides. « On lâche des prédateurs afin de lutter contre les ravageurs des cultures. L’insecte nuisible, le parasite, est combattu par un autre insecte, plus bienveillant », explique Nicolas Diemer, 37 ans. Avant d’enfiler son tablier de primeur, l’homme s’épanouissait dans la menuiserie. Il écrit un nouveau chapitre de sa vie en jonglant avec carottes, salades vertes, pommes et poireaux. Entre les murs chaleureux du marché couvert, Nicolas fait découvrir les fruits et légumes de saison qui poussent à la ferme. D’autres gourmandises garnissent ses étals : des fruits séchés, des agrumes, de la confiture et des jus de fruits. Ici, la ferme confirme sa démarche qui privilégie la vente directe. (A.H.)

Poissonnerie La Marinière

@henri vogt

La poissonnerie La Marinière est née de l’association de deux familles, les Dessinais et les Pfaff, qui exercent depuis plus d’une dizaine d’années. Installée aux Halles du Scilt dans une ambiance aquarium et un écrin bleu marine, la poissonnerie propose poissons frais et produits transformés dont diverses gammes biologiques (frits, traiteur, fruits de mer et crustacés). Pêché au large de Boulogne-sur-Mer, de l’île d’Oléron ou de Quiberon, « le poisson arrive directement chez nous, avec un jour de délai. On vend nos produits sur les marchés hebdomadaires et le fait de participer à la dynamique quotidienne du marché couvert va nous permettre de développer notre savoir », explique Romain Pfaff, bottes aux pieds. La Marinière souhaite notamment étendre sa gamme de produits bio, avec dorade, bar, crevettes, saumon, truite et préparation de cabillaud frit avec farine et huile bio. La glace empilée sur l’étal de la poissonnerie entoure joliment les merveilles de la mer, tandis que le poissonnier continue de disposer la marchandise avec soin. Les clients, eux, mordent à l’hameçon. (A.H.)

Mon Oncle Malker de Munster

@Henri Vogt

Six mois à peine après avoir ouvert sa boutique 4, place de la Grande Boucherie à Strasbourg, Mon Oncle Malker de Munster fait déjà partie de la shortlist des commerçants qui ont intégré les allées des Halles du Scilt. Violaine – elle parle l’alsacien, c’est important ! – vous y accueille et présente les produits fermiers de l’enseigne : charcuteries, fromages, boissons, le tout provenant de petits producteurs de la région. Vincent Vigneron raconte : « Nous avions à coeur de défendre le patrimoine culinaire alsacien et plus particulièrement celui de la vallée de Munster, où mes deux associés, Pierre Deloge et Samuel Monod, ont des attaches familiales, notamment à la ferme du Christlesgut à Breitenbach. » De cette ferme, l’on trouve du munster (fermier, au lait cru) décliné en affinages : du plus jeune (le sieskass, généralement dégusté en dessert) au munster minimum trois semaines d’affinage, en passant par le blanc salé (munster de 4 jours, parfait pour l’été). D’autres petits producteurs sont représentés par Mon Oncle : la chèvrevrie du Londenbach, la boucherie Sigmann, la ferme des Schalandos (leur raclette bio est à tomber) notamment, en plus d’une belle sélection d’eaux de vie, de vins et de bières artisanales. Sympa Mon Oncle !

Liste des commerçants des Halles du Scilt :

— Boulangerie-pâtisserie Wahl
Boucherie Maechling
Poissonnerie La Marinière
Ferme Diemer
L’Épicier Grand Cru
L’Assiette du vin
Café Balzac
Brasserie 3 Mâts
Ferme Lechner
Ferme apicole du Neuhof
Mon Oncle Malker de Munster
Hopla Food

Les Halles du Scilt
17, rue Principale Schiltigheim
Mardi au samedi → 9h à 19h
Dimanche → 9h à 13h

Le by Alexandre Zebdi dans la catégorie Gastronomie, Gourmandises, LIFESTYLE, STRASBOURG, Vie quotidienne, Vins, Zut ! à table

Ajouter un commentaire