À voix (presque) nues

Le 28 mars, à 20h30, la Salle du Cercle (Bischheim) accueillera le spectacle La Mossa. « Mossa » est issu de l’italien et signifie le geste, le mouvement. Six chanteuses forment la troupe attachée à l’épure d’où se dégage une belle force. 

Créé en 2015 au cœur de l’ensemble polyphonique Arteteca basé à Avignon et emmené par Lilia Ruocco, la troupe de 6 femmes, a très vite parcouru les routes de France et couru les festivals. Composé de Lilia Ruocco, Gabrielle Gonin, Sara Giometti, Aude Marchand, Emmanuelle Ader et Mélissa Zantman, le sextet féminin reprend des chants traditionnels italiens, mais également réunionnais, brésiliens ou occitans. Elles nous promettent le voyage et une émotion certaine. Leurs voix, principaux instruments de leur performance, sont puissantes, tantôt douces ou rauques et rappellent les mouvements se dégageant des corps pendant la danse.

Elles sont accompagnées d’instruments comme du triangle, du tambourin ou des percussions, tous joués par les chanteuses, seules artistes présentes sur scène. C’est une harmonie joyeuse qui nous emporte, et l’envie de se laisser porter par leur communion naturelle. Chacune se démarque, sans pour autant faire de l’ombre à l’autre. La tradition qu’elles nous transmettent porte en elle un pouvoir lumineux renforcé par un sens aigu de l’épure : des voix, des instruments, des gestes, nul besoin d’autres artifices.

LA MOSSA, concert, polyphonies du monde le 28 mars
Salle du Cercle, à Bischheim

Par Lisa Laroche

Le by Zut ! dans la catégorie Concert, CULTURE, STRASBOURG

Ajouter un commentaire