Le Prince Roy

La première exposition consacrée à Roy Lichtenstein à Beaubourg, en partenariat avec la Tate de Londres et l’Art Institute de Chicago retrace la carrière de l’artiste pop américain qui a toujours refusé de prendre son art au sérieux.

685.1971

Drowning Girl [Jeune femme se noyant],1963, Huile et Magna sur toile, 171,6 x 169,5 cm
The Museum of Modern Art, New York, Philip Johnson Fund (by exchange) and gift of Mr. and Mrs. Bagley Wright, 1971
© Estate of Roy Lichtenstein New York / ADAGP, Paris, 2013

La scénographie de l’exposition Lichtenstein à Beaubourg restitue toute la complexité d’une œuvre cachée derrière une apparente simplicité et légéreté. L’œuvre de Lichtenstein ne se réduit pas à l’esthétique du Comics de sa plus célèbre toile Whaam ! Si les couleurs vives, les contours appuyés et les points de trame sont devenus sa marque de fabrique, Roy Lichtenstein ne s’est pas pour autant cantonné à reproduire des cases de Comics comme celles de la revue Girl’s Romances – geste que ses contemporains lui ont souvent reproché. Son champs d’action va au-delà de la représentation en 2D d’une société agressée par les images commerciales et les icônes qu’elle impose. Ainsi, il abandonne rapidement ses premiers personnages – Mickey, Donald, Popeye – pour des figures anonymes qui véhiculent son sens de la forme et de la composition. Ces recherches vont le pousser à expérimenter différents matériaux : l’acrylique, l’émail, le Plexiglas ou encore le Mylar et ses effets cinétiques. Il se pose, là, comme un des premiers artistes post-modernes à proposer une lecture des avant-gardistes – Matisse, Picasso, Léger – tout en revenant à des sujets classiques tels que la nature morte ou le nu. Ses peintures et ses sculptures relèvent toutes de la même efficacité : un trait stylisé, net, efficace et trois couleurs récurrentes participent  à un fort coefficient visuel qui donne à ses œuvres une empreinte identifiable au premier coup d’œil.

Par VSG

Roy Lichtenstein jusqu’au 4 novembre 2013 au Centre Pompidou, à Paris.

Le by Zut alors dans la catégorie CULTURE, Exposition, Peinture

Ajouter un commentaire