Le pionnier du bio

Les moines cisterciens y ont installé un moulin aux abords de la Zorn, au XIIIe siècle. Aujourd’hui, au lieu-dit le Moulin des Moines, Krautwiller accueille l’un des moulins les plus modernes d’Europe, pour produire des spécialités bio, qui revendiquent le goût de vrai et des valeurs portées par Edouard Meckert. Rencontre avec un infatigable partisan du bio.

« J’ai commencé à faire attention à mon alimentation il y a 50 ans, suite à de petits problèmes de santé. En remplaçant le levain par la levure dans le pain, en consommant des céréales complètes, j’ai vite perçu du mieux et compris les bienfaits du bio. En tant que meunier, j’étais bien placé pour agir et j’ai pris la décision dès 1970 de me lancer dans les farines bio », explique avec malice Edouard Meckert. Un engagement bien avant que ce soit la mode qui a fait de lui un pionnier en France. Au vu de l’explosion actuelle du marché bio, on pourrait même dire un visionnaire !

L’épeautre star

À la reprise du Moulin des Moines, propriété familiale du côté de sa femme Huguette, depuis 8 générations, Edouard Meckert a aussi pris le pari de remettre au goût du jour deux céréales injustement oubliées : l’épeautre et le petit épeautre qui sont aujourd’hui sa marque de fabrique. Connue pour sa robustesse, cette céréale collectionne les bonnes notes, puisqu’elle pousse sans engrais ni pesticides et que son écorce épaisse la protège aussi bien des prédateurs que de la pollution. Mais c’est surtout ses qualités nutritives, gustatives et sa faible teneur en gluten qui ont fait de ce grain le caviar des céréales. « Du fait de notre proximité avec l’Allemagne, la Suisse et même l’Autriche, où ces céréales étaient très connues et consommées, nous avons réussi à développer cette production et à devenir un gros exportateur (25 pays) », se réjouit Edouard Meckert. « Mon objectif, c’était de réimplanter la culture de l’épeautre bio en Alsace, pour m’approvisionner à proximité, mais à l’époque, rien n’était simple et les agriculteurs affichaient un petit sourire quand on leur parlait de bio. »

L’ère du bio

Fils de vigneron formé à l’oenologie Edouard a facilement troqué les grains de raisin pour les grains d’épeautre. Très vite, en plus des farines, il a développé une gamme de spécialités bio à base d’épeautre. Une ambition qui donnera un sacré élan au développement du moulin. « Mais c’est la création du label bio en 1985, la multiplication des allergies et des cancers, les scandales alimentaires à répétition qui ont fini par imposer nos produits bio, après une vraie prise de conscience des consommateurs en faveur du manger sain », explique Edouard Meckert. Un bouleversement de la bio en France dont témoigne Alain Andreolli, responsable marketing de Moulin des Moines. « À côté des magasins spécialisés, la grande distribution multiplie les rayons bio, rachète des enseignes… elle représente aujourd’hui 50% du marché bio. Il va falloir être vigilant pour que le bio ne perde pas son âme et ne renie pas ses principes ! »

Fidèle à ses valeurs

Ici, Edouard Meckert veille au grain et avec ce partisan de la première heure, l’esprit du bio est bien gardé. Il irrigue même chaque strate de l’entreprise, comme nous aide à le comprendre la visite du Moulin : dans la sélection des matières premières issues de l’agriculture biologique – contrôlées et analysées dès le camion – et la fidélité aux agriculteurs locaux convertis au bio. Dans le choix de conserver l’implantation de ce moulin historique à Krautwiller, pour y préserver l’emploi. Mais aussi dans ses choix industriels pour un moindre impact environnemental. Ainsi, le site de Krautwiller est parfaitement autonome en énergies : deux sources l’approvisionnent en eau, sa centrale hydroélectrique et une installation photovoltaïque, en électricité et une chaudière produit de la chaleur à partir de l’incinération des déchets. « Nous faisons actuellement de la recherche pour des emballages bio-dégradables, notamment pour les bouteilles plastiques », nous souffle ce perpétuel précurseur.

Eco-responsable

Le développement du Moulin des Moines tient aussi à d’importants investissements : 12 millions d’euros investis en 2012 dans ce nouveau moulin entièrement automatisé, 5 millions d’euros alloués cette année à la construction d’une grande chocolaterie, à côté du moulin, ou encore, 3 millions dédiés à la nouvelle ligne de production de l’usine Celtic pour les boissons sucrées. Croissance et diversification ont inspiré au Moulin des Moines le rachat d’entreprises locales du secteur agro-alimentaire, en difficulté. Les eaux Celtic à Niederbronn, Alsace Biscuits à Geudertheim, Boehli à Gundershoffen, les biscottes Corvisart dans les Vosges, deux chocolateries à Oberhaslach et Wasselone… 10 entreprises, converties au bio, aujourd’hui dans le giron du groupe qui affiche un chiffre d’affaires de 60 millions d’euros et compte 300 salariés. « Il y a une motivation sociale à remonter ces entreprises qui représentent un patrimoine et un savoir-faire local. Avec des investissements, une vision écoresponsable et beaucoup de passion, je suis fier d’avoir pérennisé ces activités en campagne et en Alsace ! » Un goût de la pérennité qu’il a su appliquer à son Moulin, en nommant ses fils, Pascal et Nicolas, directeurs généraux, il y a 10 ans déjà. Animés des mêmes convictions bio et d’idées nouvelles : comme l’ouverture du magasin BioClaire (du nom de sa belle-fille qui le gère) en lieu et place de l’ancien supermarché Coop de la Robertsau, ils espèrent conquérir les citadins en quête de produits bons et sains. À 76 ans, Edouard participe toujours quotidiennement à l’aventure du Moulin avec la même passion. Il faut dire qu’il lui suffit de traverser la route pour faire le trajet de sa maison à son bureau… Mais en éternel entrepreneur, il préfère laisser aux mains vertes de sa femme le soin d’entretenir son magnifique jardin bio et le poulailler qui alimente en oeufs frais le magasin d’usine qui jouxte le Moulin.

Le magasin d’usine

À côté du Moulin des Moines, le magasin d’usine permet de découvrir l’étendue d’une gamme qui compte 1 500 références 100 % bio. Une véritable caverne d’Ali Baba : avec une incroyable gamme de farines pour réaliser vos gâteaux à la farine de châtaigne comme en Corse, vos crêpes de teff comme en Éthiopie, pour découvrir le goût des graines de sarrasin ou d’une vraie pâte à tartiner aux noisettes… Les pâtes bio maison occupent aussi un vaste linéaire, avec de nombreuses spécialités. Côté boissons : des vins locaux, de la bière à l’épeautre, une vaste gamme de café, thés et tisanes… mais aussi un petit marché de fruits et légumes frais, de fromages et yaourts. Pour finir, un rayon beauté et santé, qui vous convaincra peut-être de tester la sève de bouleau fraîche d’Alsace aux nombreuses vertus. Du choix, des conseils, des recettes et des prix en direct du fabricant qui méritent vraiment le détour pour tous les amateurs de bio et les curieux d’une alimentation plus saine.

Moulin des Moines
101, rue de Wingersheim
Krautwiller
03 90 29 11 80

Le by Alexandre Zebdi dans la catégorie Arts de la table, D'ailleurs

Ajouter un commentaire