Effacer la frontière

ZUT-WEB_Strasbourg-Kehl-pont-rhin-frontiere

Au-delà de l’aspect « collection » comme nous l’avons vu précédemment, l’enfilade de ponts sur le Rhin est le témoin d’une dynamique de rapprochement, la volonté de fusion des deux villes en une seule.

Tirer vers soi la rive d’en face. Vouloir s’accrocher est une idée positive et porteuse de projets. De nombreuses villes médiévales se sont édifiées le long d’un cours d’eau important. Sur les berges d’une voie navigable. Et puis, la ville prospère grandit et s’étend par delà l’eau grâce à la construction de ponts, unificateurs. C’est un développement récurrent dans l’histoire de l’urbanisme.

ZUT_WEB_Ponts-Seine-Paris

Paris intra-muros comprend un grand nombre de ponts sur la Seine. Certains s’inscrivant dans l’histoire de la ville, d’autres très récents, témoin d’une dynamique urbaine forte.

Cette volonté de créer des liens importants de part et d’autre de l’eau, à priori un obstacle, se retrouve dans le projet “Métropole des Deux-Rives”, porté par le cabinet d’architecte Reichen & Robert et le paysagiste Alfred Peter, depuis mars 2010, à Strasbourg.

Sans passer en revue l’ensemble de l’histoire entre Strasbourg et Kehl, il est très intéressant de se rappeler qu’il a déjà existé un tramway entre les deux villes. La toute première ligne du réseau de tramway de la CTS fut d’ailleurs la “Ligne 1 – Kehl” en 1878, jusqu’au Pont du Rhin. Et comme aujourd’hui, c’est après de longs litiges financiers et politiques, qu’en 1896, la ligne traverse le fleuve pour arriver à Kehl. Elle disparaît à la suite de la seconde guerre mondiale.

ZUT-WEB_carte-postale_Kehl_Rhein

Carte postale témoignant de la liaison Strasbourg-Kehl.

ZUT-WEB_carte-postale_tramway_kehl

Carte postale « En route pour Kehl »

La volonté d’aller toujours plus à l’Est se retrouve à plusieurs reprises lors de concours d’idées. La consultation internationale sur l’aménagement du secteur Rhénan et de l’axe Est-Ouest en 1991 retient deux propositions ex-aequo. L’agence de Stuttgart STEG et l’agence franco-allemande SEURA, composée de Philippe Panerai et de David Mangin. Cette dernière propose de créer une gare TGV-ICE sur un pont au dessus du Rhin. Une gare dans le pont avec une entrée en France et une en Allemagne. Un projet innovant qui ne verra pas le jour.

ZUT-WEB_Plan_Seura_pont_gare

Projet SEURA (Panerai + Mangin) 1991, un Pont-gare sur le Rhin

L’union très symbolique entre la France et l’Allemagne se concrétise donc, toujours plus. Et la mise en place d’infrastructures très structurantes, comme ce nouveau pont du tramway, dégage une telle énergie que les projets d’aménagement ne se conçoivent plus de façon mono-nationale, mais comme s’occupant d’un véritable territoire uni, bi-national. Un témoignage fort de cette dynamique est le concours d’aménagement des Deux-Rives, qui s’est achevé le 17 janvier dernier. Le jury franco-allemand, présidé par Henri Bava a récompensé les architectes Finn Geipel et Giulia Andi, formant l’agence LIN Architects Urbanists, située à Berlin et à Paris, pour leur projet “Cour des Douanes – Zollhofareal”, qui s’appuie sur la mise en place du nouveau pont pour dessiner le futur de la zone transfrontalière.

ZUT-WEB_Zollhofareal-LIN-Architects

Masterplan du projet Lauréat de LIN Architects

Et tel un effet ‘domino’, nous imaginons que cette dynamique ne va pas s’arrêter aux rives du Rhin, mais continuer et se diffuser, s’ancrer dans le grand territoire de l’Eurodistrict. Une telle coopération transfrontalière est très difficile à mettre en place en réalité. Les différences de culture, les lacunes juridiques, les difficultés de dialogue pèsent souvent lourdement dans la balance. Et cela prend beaucoup de temps. Ce lien se construit très finement, et chaque étape est une victoire. De nombreux autres couples de villes, de part et d’autre d’une frontière, cherchent à mettre en place une politique commune, un thème de développement commun. Mais la réalité du terrain montre parfois que les conseils municipaux, chacun de leur côtés, préfèrent les solutions égocentrées. Certes plus simples à mettre en oeuvre mais peu porteuses en innovation, en souffle d’énergie et d’envie pour l’avenir. Le couple Strasbourg-Kehl est peut-être à mette en exemple, au moins en matière de développement urbain et de vision d’avenir.

Par Pauline Doizenet

Lire aussi :

Ponts sur le Rhin : accumulation artistique ? Collection compulsive ?

Le by Zut alors dans la catégorie Architecture, LIFESTYLE

Ajouter un commentaire