Accumulation artistique ? Collection compulsive ?

ZUT-WEB_Pont-Rhin_Illustration_Accumulation_Pauline-Doizenet

Campagnes de publicité de la C.U.S, articles publiés dans les journaux locaux ou dans la presse spécialisée… Impossible d’être passé à côté de l’annonce officielle et de la diffusion des images du future pont du Rhin reliant Kehl et Strasbourg. Analyse et comparaison.

Ce projet, œuvre du groupement Bouygues/Arcadis/Barani/Victor Buyck, connectera la station Aristide Briand de la ligne D du tramway de Strasbourg à une station devant la gare de Kehl, dans un premier temps, et à une station devant la mairie dans une seconde phase de projet. La fin de la première section de l’extension est estimée à fin 2015. Le pont permettra aux habitants d’aller travailler ou faire leurs achats en utilisant des modes de transport doux : le tramway, le vélo et la marche.

ZUT-WEB_Pont-du-Rhin_Nuit

Perspective de nuit du projet. Le pont est constitué de deux arches de 130 mètres de portée chacune et atteignant 20 mètres de hauteur.

Ce pont pour le tramway s’ajoute à une passerelle piétonne, un pont automobile et un pont ferroviaire déjà existants. Cette accumulation d’objets architecturaux renvoie au thème de la collection d’objets et notamment de la collection d’objets architecturaux. C’est une tendance qui a toujours accompagné l’apogée d’un mouvement architectural. Dans la lignée des Expositions Universelles et de leurs alignements de pavillons, témoignage d’une identité nationale propre, dessiné par une personnalité du pays en question. On rassemble au même endroit des bâtiments de nombreux différents architectes, les plus célèbres possibles. Sans chercher de cohérence à l’échelle du quartier. C’est un urbanisme d’îlots, utilisé depuis bien longtemps et trop peu remis en question. Mais là, je m’égare.

L’exemple le plus représentatif en France, ces dernières années, est la collection d’architecture à Lyon-Confluence. Ce projet de mutation urbaine de grande ampleur situé au Sud de la Presqu’île de Lyon vient d’entamer sa seconde phase de développement, avec pour date butoir l’horizon 2020. Mené principalement par Herzog & De Meuron, architectes et urbanistes bâlois, ce nouveau quartier regroupera de nombreux projets de logements, ainsi que de bureaux. Le plan directeur est composé d’une juxtaposition, bien géométrique, d’objets architecturaux, de grande envergure. La coupe transversale fait penser à l’étagère d’une bibliothèque de monographies d’architectes. Sont voisins dans ce quartier : Massimiliano Fuksas, MVRDV-Winy Maas, Jakob-Mac Farlane, Coop-Himmelb(l)au entre autres. Le projet est d’ailleurs vendu comme une “vitrine d’architecture contemporaine”. De la collection d’architecture, à l’état pur.

ZUT-WEB_Lyon-confluence

Vue d’ensemble des réalisations de Lyon-Confluence

On peut aussi penser à la collection de nains de jardin à Pouilly-les-oies mais cela pourrait davantage être de l’accumulation compulsive, trouble psychiatrique, appelé DMS-5 mais… je m’égare encore.

Au-delà de l’aspect ‘collection’, cette enfilade de ponts sur le Rhin est le témoin d’une dynamique de rapprochement, d’échanges, de partages entre les deux rives. Cela apporte une véritable volonté de fusion des deux villes en une seule. Une question que nous développerons bientôt.

Par Pauline Doizenet

Le by Zut alors dans la catégorie Architecture, LIFESTYLE, STRASBOURG

Ajouter un commentaire