Strasbourg vs. Londres

Sarah Razafimino devant Traflagar Square à Londres

Strasbourgeoise expatriée à Londres, Sarah Razafimino étudie les médias et à la communication à l’université de Westminster. Attirée par la langue, elle survole la Manche et s’installe dans la cité de Big Ben après sa première année de droit. Elle nous parle de ces deux villes. Londres, Strasbourg, qui gagne ?

Pourquoi avoir choisi Londres ? Qu’est-ce qui vous séduit dans cette ville ?
Les universités anglaises ont bonne réputation dans le monde, ce qui représentait un avantage puisque je souhaite travailler à l’international. Ce qui m’a le plus séduit là-bas c’est le dynamisme de la ville, son ouverture aux innovations, et le fait que le gouvernement encourage le travail à tous les niveaux, même pour les petits jobs. Ça fait une différence énorme si vous essayez de vous construire, notamment si vous tentez de montez un business à partir de rien. Si vous n’avez pas grand chose, vous pouvez toujours essayer de vous produire en spectacle dans la rue, de vendre vos dessins, de vous installer avec un petite machine pour vendre des cafés, ou de cirer des chaussures…
Ce qui me plaît à Londres c’est cet esprit de tolérance, où chacun peut être qui il veut. J’admire aussi la volonté qu’ont les Londoniens de se donner les moyens d’arriver à leurs fins, ils vont chercher la réussite, et ne se découragent pas facilement, d’ailleurs ils ne râlent pas souvent; comme m’a dit une collègue une fois avec humour « Honey, that’s life, shit happens, deal with it ! ».

Qu’est-ce que qu’a Londres que Strasbourg n’a pas ?
En France, c’est très difficile de monter un business ou même d’organiser des événements. A Strasbourg, il manque des lieux où sortir après vingt heures. J’ai d’ailleurs eu plusieurs voisins à Strasbourg qui travaillaient au Parlement Européen et qui se sont empressés de repartir à Bruxelles pour cette raison. C’est dommage pour une capitale Européenne, surtout que des Strasbourgeois talentueux et motivés pour faire bouger la ville il y en a beaucoup.

Qu’est-ce qu’a Strasbourg que Londres n’a pas ?
La plus grande qualité de Strasbourg et des Strasbourgeois, c’est ce côté où tout le monde reçoit et invite régulièrement chez lui. Il y a une ambiance chaleureuse, paisible, de partage et d’intimité qui est vraiment agréable et qu’on n’a pas à Londres.
D’un point de vue alimentaire, à Strasbourg, on dispose de produits de qualité, et ça fait une grande différence. J’avais pris presque dix kilos ma première année à Londres, en ne mangeant pas spécialement différemment de chez nous… Le raffinement français me manque.

Si vous deviez rentrer à Strasbourg là tout de suite  ?
J’ai ma famille à Strasbourg, et des amis auxquels je tiens. J’ai juste peur de m’ennuyer rapidement, et de retrouver la même sensation de stagnation que j’avais avant de partir. Ce qui me manquera le plus ce sont les bons musiciens dans la rue, les concerts à Hyde Park en été, les après-midi sur les marchés comme Portobello et Spitafields et Bricklane, et la possibilité de rencontrer des nouvelles personnes venant des quatre coins du monde…

Notre dossier  » Strasbourg Calling  » est à retrouver dans le Zut ! 13 page 76

Le by Cécile Becker dans la catégorie CULTURE, Rencontre

En réponse à Strasbourg vs. Londres

  1. edwige balutansky

    Sara, comme toi, je serais plus attiree par Londres — que je ne connais malheureusement pas. Quoique le froid et la brume me decourageraient peut etre assez vite.
    J’aime aussi beaucoup la photo. Tres plastique.
    Tu es perseverante, donc tu iras ou tu choisiras d’aller, pas seulement au niveau des villes…
    On se rencontrera un jour, j’en suis sure.

    T’embrasse fort,

Ajouter un commentaire