Stockhausen, les enfants et le psyché

De la musique contemporaine pour les enfants ? Absolument. Et à y réfléchir un peu plus, il est très probable qu’ils la comprennent bien mieux que leurs aînés. La raison peut être simple : en musique contemporaine, il est plus aisé de se laisser imprégner par les sons sans y apposer de limites : plus de règles, plus de clichés. Stockhausen raconté aux enfants, par l’ensemble Linea, c’est un voyage poétique dans l’univers du compositeur allemand Karlheinz Stockhausen et l’occasion de se pencher sur son influence sur la musique psychédélique : et oui !

Vous n’avez pas rêvé, ceci est bien un ours jouant de la clarinette. Et pour cause : sur l’oeuvre In Freundschaft, le compositeur Karlheinz Stockhausen invite l’interprète à se déguiser de la sorte.
De l’imagination ? Evidemment. Pratiquant la musique aléatoire (tiens, ça ne vous rappelle pas John Cage ?), il est passé par la musique concrète et a mené des recherches sur l’expérimentation musicale avant même l’existence des synthétiseurs. Laisser les interprètes commencer une partition là où bon leur semble, favoriser le bruit pour former des sons et plus tard, un semblant de mélodies étranges, voilà le travail de Stockhausen. Professeur d’Irmin Schmidt et Holger Czukay, qui ne sont autres que les membres de CAN, il est au centre de l’histoire du krautrock. Il suffit de se pencher un peu plus sur la discographie de Kraftwerk pour construire naturellement des ponts entre la musique contemporaine de Stockhausen et la robotique de nos amis allemands.

A la fin des années 60, Stockhausen compose Hymnen ou l’hymne allemand déformé sur fond de musique électronique. Cette approche révolutionnaire plaît aux jeunes groupes qui voient dans cette composition un moyen de renier le passé honteux de l’Allemagne. Dans un mouvement prônant la liberté, libérer les symboles allemands à l’aide de la musique ouvrait des horizons jusque-là inconnus pour la nouvelle génération. La musique n’a plus de frontières et le psychédélisme fait son entrée fracassante dans les charts. Loin de refuser toute évolution de ses recherches, Stockhausen admirait d’ailleurs le groupe Jefferson Airplane qu’il aurait vu en concert, sidéré par leur performance.

Une approche ouverte, des idées insolites, voilà ce que petits et grands pourront constater en assistant au spectacle Stockhausen raconté aux enfants mis en musique par l’ensemble Linea, en mouvement par la compagnie Flash Marionnettes et en scène par Ismaïl Safwan. L’histoire ? La rencontre fictive entre le compositeur et une musicienne japonaise amoureuse de son oeuvre. Ne pouvant dépasser la barrière de la langue, ils communiqueront par l’intermédiaire de la musique.

De la musique physique et théâtralisée (comme l’évoque le metteur en scène dans cette interview, comme une note d’intention), une histoire de rencontres, des références, et un ours, des arguments suffisants pour entrer dans le monde de Stockhausen.

(Voir par ailleurs, un extrait de répétition sur le site Szenik.eu)

Stockhausen raconté aux enfants
Reprises le 24 janvier à 14h30 et le 25 janvier à 14h30 et 18h à la cité de la Musique et de la Danse
Le 2 février à 15 heures à la médiathèque Olympe de Gouges à Strasbourg 
Le 3 février à 16 heures au Musée Würth à Erstein
Informations : Musica au +33 3 88 23 46 46 

__________________________________________

JEU-CONCOURS !

Gagnez 5X2 places pour le spectacle Stockhausen raconté aux enfants ce vendredi 25 janvier à 18h à la cité de la Musique et de la Danse en répondant à la question suivante (il suffit de lire ce billet) :

De quel illustre groupe allemand faisait partie deux des élèves de Stockhausen ?

Envoyez votre réponse, vos noms et prénoms, à contact@chicmedias.com (cliquez sur les petits points pour laisser apparaître l’adresse mail), les plus rapides seront servis.

Le by Cécile Becker dans la catégorie CULTURE, Musique, STRASBOURG

Ajouter un commentaire