Blouson cuir

ZUT-WEB_The-Napoleons_Needle

The Napoleons sont des Nancéiens sympas, tout de cuir vêtus, qu’on peut croiser principalement entre deux concerts et trois bières, lorsqu’ils ne sont pas sur scène. Yannick, serviteur, au chant, Mike et Romain aux guitares, Jason à la basse et Pierre à la batterie. Il viennent de sortir un nouveau single et un nouveau clip.

Il font quoi The Napoleons, depuis quand ?
On fait du rock ! 
On a commencé à répéter ensemble en novembre 2010, puis les premiers concerts à partir d’avril 2011. A cette époque on était encore sur Besançon, puis Yannick a rejoint Romain à Nancy pour ses études, et le reste du groupe a suivi petit à petit, pour des raisons pratiques et des choix de vie. En janvier 2012 on a sorti un EP quatre titres, Mud Sand Overseas, qu’on a défendu sur pratiquement toute l’année en concert. On est partis en tournée en septembre 2012 dans toute la France, en Belgique et au Luxembourg. Depuis on a pas mal bossé en studio de répétition, on a repris les concert en mai et là on sort un single et un clip, Needle.

On sent évidemment que les Strokes ou le BRMC sont des références certaines du groupe. Est-ce que des groupes de styles différents influent sur vos choix musicaux ?
Ouais, niveau référence, on peut dire ça, on a des morceaux assez mélodiques et d’autres plus bruts, on essaie de trouver le bon compromis entre les deux sans verser dans l’excès, que ce soit d’un côté ou de l’autre. On écoute plein de trucs différents, je ne sais pas vraiment si ça se ressent dans notre musique, on essaie surtout de se focaliser sur la mélodie.

En parlant des Strokes, que pensez-vous du morceau One Way Trigger ?
Jason et Romain n’accrochent pas au synthé, Mike a toujours trouvé que les Strokes c’était de la merde, Pierre s’en fout et moi je kiffe, je trouve ça assez couillu comme choix de production, il faut juste savoir faire le deuil des deux, voire trois, premiers albums et écouter ça d’une oreille nouvelle.

Sur les deux nouveaux titres Needle et Concrete, les mélodies sont plus pop que sur l’EP, c’est quelque chose qui va rester ?
Ouais, comme je te disais, on se focalise sur la mélodie, c’est ce qu’on a essayé de rendre sur le single. Nos nouveaux morceaux et ceux sur lesquels on travaille restent à peu près dans la même direction mais ça reste quand même du rock. Par contre on a un troisième titre en boîte qu’on balancera gratuitement sur le net cet été et qui est plutôt lourd, dans la veine de Louisiana. C’est une espèce de dualité dans le groupe, des fois, on a besoin de gros son.

La suite, une tournée ? Un album ou une envie de rester sur des courts formats ?
La suite, c’est des concerts en juin/juillet, on a déjà plusieurs dates confirmées. On joue une date à Verdun avec Lescop et une autre avec BB Brunes, puis il y a des concerts tous les week-ends en septembre. On est en train de booker ça et on a déjà quelques pistes à Paris et en Allemagne. 
Concernant le studio on aimerait bien y retourner assez rapidement, je pense qu’on penchera plus vers un nouvel EP plutôt qu’un album.

Et niveau albums en 2013, ils écoutent quoi The Napoleons ?
Bon je te balance ça en vrac, on écoute beaucoup de choses : Aline, La Femme, Booba, Juveniles, Phoenix, Cold War Kids, These New Puritans, Tame Impala, Daft Punk, Queens Of The Stone Age, Hanni El Khatib, BRMC, The Yokel et bien sûr Chris Sorrelli. 
Je t’ai fait un pot-pourri là, je ne te dis pas qui écoute quoi.

The Napoleons seront en concert le 5 juin pour leur release party au Quai’son, à Nancy et le 29 juin dans le cadre du festival Musiques et Terrasses à Verdun

Propos recueillis par Anthony Gaborit

Le by Zut alors dans la catégorie Clips, CULTURE, LORRAINE, Musique

Ajouter un commentaire