Yves Saint Laurent, évidemment !

Avec la contribution magistrale d’acteurs issus de la Comédie-Française, Pierre Niney et Guillaume Gallienne, le réalisateur Jalil Lespert revient sur la destinée du personnage emblématique d’Yves Saint Laurent : s’appuyant sur une documentation riche à propos de l’intimité du célèbre couturier, le réalisateur nous livre son point de vue sur la parcours d’un génie tourmenté.

Un film réalisé par Jalil Lespert paru le 8 janvier 2014

Un film réalisé par Jalil Lespert paru le 8 janvier 2014

Yves Saint Laurent ? Luxe, haute couture, savoir-faire français nous viennent tout de suite à l’esprit. Mais le couturier a toujours été perçu comme une silhouette ou une collection et non pour l’homme qu’il fut.

Icône ? Par définition, toute icône devient mythe par ses écarts, sa dimension tant artistique que personnelle. Le long métrage consacré à cet homme, Yves Henri Donat Mathieu Saint Laurent dit Yves Saint-Laurent se révèle un biopic émouvant, retraçant des émotions passées, une vie d’artiste. Le récit se fait sans concession, de manière brute, voire brutale révélant la fragilité de cet artiste à la personnalité complexe qui ne vivait que pour et par son métier, entre mutisme, timidité et fureur. Loin de l’hagiographie, mais sans sombrer dans la complaisance pour autant, le réalisateur Jalil Lespert n’enjolive en rien le parcours d’Yves Saint Laurent, s’appuyant sur une prestation saisissante de mimétisme de l’un de nos très grands acteurs, Pierre Niney.

Son amant et gestionnaire de la marque, Pierre Bergé, formidablement interprété par Guillaume Gallienne, lui voue un amour sans retenue qui se manifeste par un dévouement total et une réelle abnégation – laquelle, bien sûr, sert ses propres intérêts. Jalil Lespert nous rappelle que cette relation est d’ailleurs ce qui a permis à YSL d’être reconnu mondialement aujourd’hui. Des scènes d’une grande sincérité narrative, touchantes à bien des égards, s’appuient sur la réalité pour nous livrer une dramaturgie comme on en rencontre trop peu dans le cinéma français d’aujourd’hui. Bercé par une bande-annonce signée Ibrahim Maalouf, augmentée d’extraits d’opéras interprétés par Maria Callas et quelques clins d’œil 60’s – le réalisateur cale le montage d’une scène de défilé sur le découpage du magnifique Time Has Come Today des Chamber Brothers –, le film sait nous faire traverser les périodes avec brio, la musique vivant sa pleine relation à la mode, à une époque où elles étaient presque indissociables, à la fin des années 60 et tout au long des années 70, jusqu’aux années disco.

« Les timides dirigeront le monde » entend-on dans le film. Yves Saint Laurent, un génie tiraillé entre la raison et la passion ou l’histoire d’un homme troublé – et troublant ! –, sûr de rien malheureusement, si ce n’est de son talent.

Yves Saint Laurent, depuis le 8 janvier et actuellement en salle !

Par Laurine BIESSY

 

Le by Zut alors dans la catégorie Cinéma, CULTURE, Musique, People

Ajouter un commentaire