Z-U-Tape été 2013

Nouveautés compulsives ou nuggets intemporelles, ou comment profiter enfin du soleil ! Au programme : Rob, April March, Lizzy Mercier Descloux, Kid Creole & The Coconuts, Prince, The Clash, Blondie, Rubin Steiner, Yello, Talking Heads, Tom Tom Club, Fela, Antibalas etc.

ZUT_WEB_AprilMarch

En été, April March aime sucer les glaçons…

Rob, Love Standard
L’un des trésors les mieux cachés de la scène française : en témoigne cet extrait de la B.O. que ce trublion signe dans une veine très Gainsbourg mid-70’s pour le film Je suis supporter du Standard.

April March, Garçon Glaçon
Une perle signée April March, la plus frenchy des chanteuses californiennes : son Garçon Glaçon fait couler des litres de sensualité glacée. Appréciable en cette période de torpeur estivale !

Serge Gainsbourg, S.S. Uruguay
Attention rire jaune : sur l’album Rock around the Bunker, une chanson acide de l’ami Serge sur les ex-Nazis qui se la coulent douce en Amérique du Sud. Hilarant, mais à prendre au 3e degré, hein !

Lizzy Mercier Descloux, Sun is Shining
Elle est sans doute l’une des plus méconnues de nos meilleures artistes françaises. Il faut dire qu’avant son succès Mais où sont passées les gazelles ?, elle avait fait carrière au sein de la scène No Wave à New York, elle qui faisait partie de l’entourage immédiat des amies de Patti Smith.

James Brown, Coldblooded
En 1974, James Brown sort son single qui donne une nouvelle leçon de funk à ceux qui cherchaient à l’imiter : un sommet du genre !

Kid Creole & The Coconuts, Double on Back
On prévient les petits malins : August Darnell est un génie. Bien sûr, les Coconuts font partie du folklore mais qui d’autre que lui était en capacité de balancer des brûlots funk tropicaux comme son Double on Back endiablé ?

Prince, Sexy MF
Oui, je sais bien : la réponse à la question précédente se trouve là. Prince a bien pris le relais, écrasant sur son passage toute concurrence (oui, même le petit gars sympathique gigotant avec son Moonwalk et sa face de zombie). L’un des meilleurs morceaux  funk ever ! Hum, Sexy Motherf***

David Bowie, Fashion
Quelques années avant sa rencontre avec Nile Rodgers et son virage ouvertement funk, le Thin White Duke s’était déjà aventuré sur le terrain avec ce Fashion très blanc, forcément !

The Clash, Magnificent 7
Oui, classique parmi les classiques, mais l’été n’est-il pas la meilleure occasion de les réviser ces classiques, justement. Et quelle meilleure manière que de le faire sur le dancefloor. Mesdames, Messieurs, ils étaient rois, The Clash, avec le morceau qui ouvre le chef d’œuvre – et triple LP –, Sandinista! MA-GNI-FI-CENT SE-VEN, Mick, Joe & Paul, The CLAAAAAAASH !

Blondie, The Rapture
Oui, oui, oui, blah blah blah, Blondie, un livre à écrire tout ça ! Comment ? Bientôt ? Là maintenant ! Heu… pas tout de suite quand même, j’ai une Z-U-Tape à finir, moi ! L’éditeur médiapop ? Le n°1 de la série ! Oui, oui, oui, je sais tout cela, je raconterai tout : la découverte de ce morceau à la radio, le phrasé rap, les allusions à Fab5 Freddy, Grandmaster Flash, tout ça !

Rubin Steiner, Wunderlande
On l’appelle volontiers le “Tourangeau Sans-Quartier” comme dans la série (oui, ça remonte). Sans quartier pour ces sons qu’il enchaîne avec maestria – Rubin Steiner est de loin l’un des meilleurs DJ’s que je connaisse –, sans quartier pour les styles les plus improbables qu’il mêle avec doigté et intelligence, en amoureux éperdu de la musique. 1-2-3-4…

New Order, Confusion
Pionniers et salvateurs au moment où la new wave commençait à tourner en rond, nos laborantins mancuniens prennent un nouveau grand virage électronique quelques semaines après l’immense succès de Blue Monday. Le titre a servi pour l’indicatif d’une des émissions de Bernard Lenoir dans les Enfants du Rock, c’était le samedi soir sur Antenne 2.

Yello, Vicious Games [12” mix]
Ces deux-là constituaient en secret bien gardé – trop bien gardé, selon certains –, et pourtant ils auraient dû être énormes, notamment à la suite de ce Vicious Games au pouvoir évocateur incomparable qui a fait bien des bonheurs sur le dancefloor en temps réel. Ils resteront cultes, bien malgré eux, et en même temps il n’est jamais trop tard pour les découvrir.

Tom Tom Club, Wordy Rappinghood
Certains en ont l’occasion de les voir lors de leur dernière tournée en Angleterre (coucou Cécile !), mais retour aux sources avec Tina Weymouth et Chris Franz, respectivement bassiste et batteur des Talking Heads, avec ce projet récréatif qui dure depuis… plus de 30 ans ! Hit et réussite inaltérables !

Talking Heads, Pull up the Roots
Et si le meilleur groupe du début des années 80 n’était autre que les Talking Heads justement. Ce morceau comme l’album dont il est extrait, Speaking in Tongues en 1983, tendraient à le prouver. Rarement groupe n’a ainsi réussi la synthèse entre le funk, l’afrobeat et les nouvelles sonorités new-yorkaises.

Fela Kuti, Zombie
Seun Kuti, Think Africa
Femi Kuti, Day by Day
Chinese Man, Day by Day
Antibalas, Battle of The Species
Une suite africaine pour clore cette Z-U-Tape estivale : le génie de Fela Anikulapo Kuti, de ses deux fistons, le cadet Seun et l’immense Femi qui voit son magnifique Day by Day remixé par Chinese Man. Et pour finir, Antibalas, les héritiers afrobeat parmi les plus excitants, entre tradition acoustique et innovation électronique. De quoi favoriser la danse (et la transe) sous un soleil de plomb !

Retrouvez toutes les Z-U-Tapes ici

Le by Emmanuel Abela dans la catégorie CULTURE, Musique

Ajouter un commentaire